Carnet de route

Grandes voies Ailefroide juillet 2020

Le 19/08/2020 par SIMON Jean-Eudes

AILEFROIDE 2020 ESCALADE GRANDES VOIES

Après la longue période de confinement puis de déconfinement progressif laissant closes les salles d’escalade, des grimpeurs de Lorient ont commencé à sortir sur les falaises ou en montagne par petits groupes ….

Le  premier séjour post covid du Club Alpin du Pays de Lorient s’est terminé sous le soleil à AILEFROIDE le 24 juillet.

Comme par le passé, la prairie d’Ailefroide (Vallouise) nous accueille grâce à un camping cool, ensoleillé et bordé par les parois rocheuses polies par les glaciers et sculptées par l’érosion. Ces immenses dalles, piliers, gorges ont été parcourues par des générations d’alpinistes, équipées pour la sécurité par des guides et grimpeurs acharnés dont Jean Michel CAMBON qui nous a quittés au printemps. Il fut l’un des acteurs majeurs de cet immense terrain de grimpe (près de 180 voies de 150 à 500 m) sans compter les couennes ou les rochers de bloc…. Gigantesque !

C’est l’occasion d’y retrouver l’Europe : italiens, allemands, belges, hollandais, espagnols, slovènes…, en attendant les anglais. Nous sommes 9 grimpeurs du CAF de Lorient. Le grand air sert de mesure barrière, le masque est porté dans les cafés et magasins. On respecte la distanciation sociale même quand l’apéritif nous réunit au maxi à 19, cafistes de Lorient et d’Ille et vilaine, grimpeurs de BSE…. Plaisir de la rencontre !!

2 voies sont au programme du premier jour le dimanche

            Daniel et Jean Eudes pilotent chacun 2 cordées. L’idée est cool pour reprendre ses marques ! Daniel choisit « remonte pente directe » 200 m avec son attaque perdue dans la verdure. 3a au départ mais vite du 5c dalle et en final une très belle ligne fine en 5c+. Jean Pierre et Wayana 16 ans sa fille qui n’ont pas trop grimpé depuis Noël dernier se remettent vite dans le bain. Armelle complète le groupe.

Les autres choisissent une voie dite facile … mais qui ne le sera pas tant que ça. L’idée est de permettre la grimpe en tête. Il s’agit d’« écrin total » à la poire atteinte après  une petite randonnée d’une demi-heure au pied du Pelvoux, dans un paysage sauvage mais doux. C’est une voie très fréquentée, trop ??? il y a déjà 5 cordées devant et 2-3 attendent derrière nous. Patrick et Germaine avancent vite sur les premières dalles, mais c’est plus dur pour Tanguy qui a peu grimpé depuis 2 ans et Pascal. Gloups on prend du retard. Une 3ième longueur quasi 6a pas très bien équipée nous rappelle qu’il faut mouiller le maillot. Heureusement la 4ième longueur est tout en finesse magnifique, et la sortie en 7ième longueur un 5c+ pas trop dur. Exercice de rappel à 5 sans s’emmêler les pinceaux…. Comme nous sommes une des dernières cordées en haut, pas obligé d’attendre ! Bilan :  trop chaud déjà, voie encombrée, pas toujours bien équipée, des hématomes sous les ongles pour Tanguy…chaussons trop serrés l’ennemi local !!

Lundi : on garde les mêmes cordées pour que les automatismes fonctionnent.

Daniel et son groupe sont déjà dans « à  tire d’aile » près de la célèbre fissure d’Ailefroide, grand bouclier de dalles lisses de 250 m. Descente à pied prévue. Ca y est, Wayana et Jean Pierre commencent à dérouler et les 8 longueurs dont 4 en 5c sont enchaînées avec souplesse.

Sur la « super Raoul » 200m, on est à l’ombre, on pourra mouliner, Tanguy en bas si les chaussons plus larges ne font pas l’affaire, et on descendra par le chemin (plus sûr et plus rapide). Mais la première longueur appelée « cool Raoul » n’est pas très cool, il faut s’employer et oser. Le reste est chouette, un mur à gauche, un pilier à droite, relais dans les arbres. On a dû mouliner Tanguy après 2 longueurs…les hématomes font mal. Un petit jardin en 5ième longueur, à l’ombre, nous permet de nous restaurer avant les 2 dernières longueurs, magnifiques (5c/6a) sorties sans mal par l’équipe. Pour ce soir on va chercher à Ailefroide un trombone (pas à coulisses n’en déplaise à notre prof de trompette) !!!  pour percer les ongles et soulager les hématomes : chirurgie sous la tente, patient solide, sans cris, efficacité immédiate.

Mardi : les grimpeurs sont déjà fatigués.

On change les équipes Patrick /Armelle sont la cordée autonome de Daniel/Germaine. Au programme une des belles dalles d’Ailefroide pas trop longue : « ma que » seulement du 5, vraiment 4 très belles longueurs de grattons, fissures et adhérences en 5c continu. Les grimpeurs sont ravis et lorgnent sur  « caramba » mais c’est du 6 voisin, très belle ligne toute en 6a. Aurons-nous le temps de le faire ??? « gazon maudit » est au programme des 5 autres. Certes on se souvient du film et de l’œuvre de Balasko mais pas du gazon en question ? Après un départ raté variante dure en 5c au lieu du 5b prévu (encore du Jean Eudes !) qui nous pompe bien de l’énergie, on part sur le gazon soit 100 m de dalle lisse, poussiéreuse, recouverte de mousses et lichens. Ah oui « maudit »  en effet. Pourtant que du 5b mais on aurait bien préféré plus dur et plus raide avec des prises. Comme on est lent, que le ciel se couvre, que l’équipe est fatiguée, on décide que 120 m de grimpe aujourd’hui ça suffit. 2 beaux rappels nous amènent dans une gorge où des fortiches essayent des 7a et des 7b…

Mercredi : « les prédateurs »

            3 personnes restent se reposer, les 6 autres partent plus tôt (pas encore assez) vers un splendide pilier dont le départ est à 300 m assez loin du camping et dont le déroulé est de 300 m. Ne pas se perdre et ne pas perdre du temps ! On s’en sort. L’approche finale s’est détériorée et n’est pas facile à faire… on s’encorde pour y arriver. Pour aller plus vite on opte pour 2 cordées de 3 (plus vite que 3 cordées de 2… à méditer). Les stagiaires devant, les initiateurs et expérimentés derrière. Après l’attente classique pour que les cordées déroulent (des espagnols devant, des slovènes ensuite) on enchaîne de belles longueurs dominant le vide (ensemble de 5c maxi 5c+) soit en dalle, soit sur le fil du pilier. Les pieds de Wayana commencent à lui faire mal : elle a de nouveaux chaussons depuis ce matin, le tonnerre gronde à droite et à gauche au lointain et les nuages s’accumulent sans trop nous inquiéter. Seule solution de toute façon : finir les 300 m de grimpe. Après une belle longueur avec un tirage d’enfer, merci Patrick, voici les derniers passages d’équilibre sur le fil du pilier pour atteindre les rappels. A 6 avec 2 cordes et de la méthode, ça descend vite et en une heure et demi on est en bas.  Les gouttes commencent à tomber. Arrivée casqué pour se protéger de la petite pluie qui ne mouille pas vraiment.  Mais dans les 5 minutes qui suivront c’est un déluge d’eau…ouf même pas mouillés ! Qu’on est bien à l’apéro et au repas sous la tente collective du club. Sans conteste la plus belle voie de la semaine, quasi une petite course d’alpi

Jeudi : on repart tous.

            Cette fois ci tout le monde grimpe en tête « barre a bâbord toute » pour les marins et kayakistes, « spit and cup » pour les autres. Voies de 200 m. 3 belles longueurs pour Tanguy, Pascal et Germaine, Patrick et Jean Eudes suivant derrière. Même chose et 6a+ pour Wayana et Jean Pierre…

 

Vendredi : déjà le dernier jour !

            Les montagnards vont randonner vers « la bosse de la momie » sur le chemin du glacier noir et laissent donc le baudrier. Les 6 autres attaquent « l’arête à Francis » 200m. On est tôt ce matin mais l’orage encore plus tôt et au moment où l’on part il se met à pleuvoir.

On rencontre…qui ? Des bretons bien sûr. On patiente, nos amis de Liffré engagés dans la rivière Kwai 400m hésitent à partir. On compte les culottes de gendarme (carrés de ciel bleu) et après une heure d’hésitation on tente le coup. La dernière cordée, Jean Pierre et Wayana, va renoncer. Jean Pierre doit prendre la route ce soir, pas le moment de passer une journée sous l’orage. Patrick et Tanguy mènent la danse en réversible, Pascal et Jean Eudes suivent. 5 belles longueurs. Il en reste 2 encore mais on peut descendre en rappel. On le savait. Pascal et Tanguy vont enchaîner leurs 3 rappels en autonomie… on se sent tout petit dans ces grandes faces et pas facile de trouver le rappel suivant, de ne pas coincer la corde, et de rester ultra méthodique pour la sécurité. Patrick et Jean Eudes enchaînent les 2 dernières longueurs en 6a et ne tardent pas à les rejoindre. Très belle arête à conseiller.

Très beau séjour, très beau temps, pas ou peu d’orages, 1000m d’escalade dans la semaine, reprise grimpe pour certains… dommage  à la fin on commençait à être au top… Rendez vous pris bien sûr pour l’année prochaine. Merci à tous les participants pour l’excellente ambiance du séjour.

Voir plus d'images







CLUB ALPIN FRANCAIS PAYS DE LORIENT
CITE ALLENDE
BAL 88
12 RUE COLBERT
56100  LORIENT
Activités du club