Carnet de route

Séjour ski nordique Ardèche janvier 2020

Le 01/01/2020 par GOUALOU Daniel

Séjour Randonnée Nordique en VELAY
Itinérance de Suc en Suc volcanique
18 au 24 janvier 2020 – Club Alpin Lorient

Il était une fois... au pays des Sucs qui dansent, dans un paysage de conte de fées modelé par les convulsions des profondeurs terrestres, érodé par les quatre vents, affouillé par les tempête... au faite du mont Gerbier-de-Jonc un pétale de neige qui se transforma en goutte d'eau...
« Hourra ! Je suis une fille. Née de la rencontre de la Terre et du Ciel »
« Pas de quoi faire la maligne, t'es pas la seule dans le cas... ». Tais-toi. En plus j'ai reçu un beau nom : Loire. La Loire, un nom long en bouche comme une boisson céleste, capiteux comme un nectar d'un autre monde.
-La Loire par François Barruel – physicien et animateur culturel/habitant le VELAY-

Nous aussi nous voilà arrivés au pays des Sucs qui dansent... pas la gavotte des montagnes armoricaines... mais la gavotte volcanique et phonolitique !
Ha ! La phonolite... C'est la pierre qui sonne et qui chante et devient lauze pour couvrir la toiture des fermes ardéchoises ! Il y a de cela entre 100000 et 10000 ans, un bal endiablé se déroulait aux sources de La Loire : 180 points d'émission de lave s'échappaient en cascade de ces fontaines caverneuses...

En mars de l'an dernier, une équipe des Mous du genou s'attaquaient, à ski nordique, aux Monts de La Lune situés dans les Alpes, près du Col d'Izoard... D'autres alunissages les attendent ici.

Premier alunissage au Suc de Rocher Tourte : par un détour par le pont sur La Gazeille, petit affluent de La Loire, les godillots nous entrainent dans la profondeur de la forèt domaniale du Mezenc. Mouchetées de neige fraiche, les clairières ou paturaient voilà encore peu les moutons tourbillonnent d'un vent rageur ; l'ambiance polaire est donnée ; l‘ascension furtive du premier Suc nous laisse ébouriffés et pantelants ! La laponie cévenole a du caractère...
Ouf ! Cap sur le petit village de Freycenet La Cuche pour une pause casse-croute salvatrice ; un grand merci à la gérante de l'auberge communale de La Cistre.

Deuxième vol nordique vers le Nord : en empruntant la draille de Soutrou : chemin de transhumance des troupeaux venus de camargue pour se mettre au vert et prendre le frais... Du Rocher de l'Aiglet, mirador pointé vers le massif voisin du Devès, nous dévalons et alunissons au Maar de St Front : un lac perdu dans un cratère, résultat d'une explosion phréatomagmatique ou la rencontre éruptive de l'eau et du feu de la terre ! OUF ! Mieux vaut ne pas être là, ce jour-là ! Une sente forestière nous conduit aux rochers du Suc des Roches, justement ! Beau coup d'œil sur le bassin des sources du Lignon – autre affluent de La Loire... dont nous franchissons allègrement le gué... sauf pour Yveline qui nous fait un bain de siège rafraichissant . Merci à la gérante du Central Hotel qui met sa machine en mode essorage à notre arrivée !

Départ fusée, ce matin, depuis le village de FAY sur Lignon, appelé autrefois FAY le Froid ; la place de la Croix est enneigée et givrée à notre réveil ; mais nous savons que notre vaisseau « spatial » aura le vent dans le dos aujourd'hui.
Notre plan de vol prévoit un alunissage particulier aujourd'hui. Etonnant voyage dans le temps : nous allons chevaucher 2 époques géologiques... à savoir gravir d'abord le Mont Signon, dôme phonolitique remarquable : son sommet est une immense carrière de lauze exploitée pendant des siècles par les agriculteurs du Velay devenant, en saison inactive pour les travaux de la terre, lauzerons, cad carriers. Histoire de mettre du beurre dans les épinards, comme on dit. Et au pied de ce Suc s'étend le Maar de Chaudeyrolles, immense cratère de un kilomètre cinq de diamètre issu aussi d'une explosion phréatomagmatique... devenu lac, puis tourbières actuellement : voilà les agriculteurs devenus aussi extracteurs de tourbe pour pouvoir se chauffer ! Le nom du village Chaudeyrolles vient de caldeira... C'est à dire la Chaudière. Pas si étonnant !

Hier soir, notre vaisseau s'est un peu dérouté et nous a débarqués, cette fois-ci en Ardèche;cette migration des Mous du Genou a suivi l'appel du Ventographe des Boutières... curieux Gaffophone issu de l'imagination de son inventeur, un certain Gaston qui veut dompter les vents ! Là aussi, à la Ferme équestre de Médille, l'accueil ardéchois est garanti et la table aussi ! Merci à Xavier et Christel pour le feu de bois et l'accueil... La laponie ardéchoise ne fait toujours pas de cadeau... aux errants de l'espace que nous sommes !
Un voyage spatial en Ardèche apporte quelquefois des surprises incongrues et une première rencontre « hallucinante » nous fait croiser un cratère volatilisé. Ha la la ! J'hallucine là ! Heureusement, sur un panneau du Géopark, une image reconstitue l'empreinte du Strato - Volcan de Boutières qui devait être assez imposant dans son cirque évidé d'un diamètre de deux kilomètres !
Heureusement, trois kilomètres plus loin, nos godillots lunaires auront le plaisir de fouler la crête du Suc de SARA, bien présent lui... Ce dyke annulaire de néphéline ressemble à une joyeuse baleine à bosse qui fait le gros dos au milieu d'un océan d'autres Sucs ! Suc de la Veine, Suc de Touron, Rocher de Borée comme une bande de dauphins joueurs... Titillant le Sara ! Voilà, nous sommes bien au pays des Sucs qui dansent.

Ce soir, nous posons notre scaphandre avec plaisir, à l'ombre du plus célèbre des Sucs Le Gerbier de Jonc. Le vaisseau de pierre de l'auberge de Bachasson abrite un magasin digne d'équiper une légion d'explorateurs polaires, de pied en cap. De la charentaise au bonnet, les astronautes en culotte courte peuvent s'habiller pour affronter tous les climats. Mais ce matin, c'est visite aux sources de La Loire : l'authentique, la véritable et la géographique. Pas de jaloux, du coup et on peut y boire trois fois suivant sa soif... Mais, nous filons vers le Suc des Coux, planète en forme de croissant de lune. L'alunissage est cependant rendu difficile à cause du brouillard tenace et nous y renonçons. L'obélisque de l'église de Sainte Eulalie émerge sur son promontoire ; pour la première fois, nous traversons le fleuve royal qui baigne son méandre à ses pieds. En cosmonaute indépendant, mais avec l'autorisation du capitaine de vaisseau Daniel, Jean Eudes réalise deux autres alunissages en pirate sur le Suc de Sépoux et évidemment Le Gerbier. Rentrée à la base de Bachasson pour le reste de l'équipage qui franchit la troisième Loire... L'Aigue Nègre.

Bon ! Ben ! Va falloir « atterrir » aujourd'hui ; la constellation ardéchoise est trop disséminée pour pouvoir tout visiter ; nous choisissons de voltiger vers le Suc de La Lauzière au sommet suffisamment vaste pour accueillir notre escadrille au complet, voir toute la compagnie du CAF. Et nous terminons notre voyage spatial en gravissant le sommet bifide (une tête en Haute Loire et l'autre en Ardèche) Le Suc du Mont Mezenc, emblème et cime du partage des eaux Atlantique et Méditerranée. Reste plus qu'à ouvrir le parachute... ... . .
Des Mous du Genou... Yveline, Isabelle, Armelle, Véronique, Jacques, Jean Eudes et Daniel... en apesanteur... sur leur petit nuage !
Remarque : il paraît qu'à l'origine, c'était un séjour de ski nordique ! On aura oublié de les prendre...

Voir les images







CLUB ALPIN FRANCAIS PAYS DE LORIENT
CITE ALLENDE
BAL 88
12 RUE COLBERT
56100  LORIENT
Activités du club