Photothèque

Rando alpine Suisse 07/19

Séjour Randonnée Alpine – Tour du WILDHORN
Canton suisse du Valais – du 7 au 12 juillet 2019
Club Alpin Français du Pays de Lorient

Quand un randonneur... devient un Wanderer ! C'est qu'il vient de sortir son couteau suisse pour le pique-nique ? ou qu'il a décidé de partir « vraiment, mais alors vraiment » à l'heure ? Comme les Suisses... qui prennent leur temps, malgré tout ce qu'on raconte ailleurs comme bêtises sur leur compte !
En tous cas, pour cet été, on s'est bien mis à l'heure d'été... Ce qui nous conduit à entreprendre ce Wandertouren qui tournicote autour du WILDHORN, bien connu des skieurs ; après celui du WILDSTRUBEL, plus aisé et réalisé en juillet 2018... celui-ci s'adresse à des Sehr Gute Wanderers (expression suisse allemand) ou très bon marcheurs (expression romanche ou française) expressions qu'il nous faudra conjuguer sur le terrain. L'itinéraire se partageant entre les deux communautés.
Ce dimanche 7 juillet voit cependant 2 patrouilles indépendantes de Breizh Wanderers se rejoindre finalement au refuge de PRAROCHET, situé à la « frontière »... Etonnant phénomène : une « cabane de pierre » édifiée par un Ski Club, celui de Savièse, petite bourgade située au-dessus de SION ; cette formule est assez fréquente en Helvétie, tant le poids numérique de skieurs surpasse souvent celui des randonneurs ou alpinistes ; mais l'accueil est orageux : pas celui de la gardienne Tatjana tout à nos petits soins, mais du ciel plombé comme une forge qui se retient d'éclater... Ce qui finira par arriver : un feu d'artifice de couleurs dantesques ! Merci à la croix-paratonnerre du refuge qui conduira cette colère des « dieux du ciel » aux tréfonds du lapiaz de TSANFLEURON... En effet nous nous sommes baladé cette après-midi, sans le savoir, sur un glacier de pierre aux crevasses encore bouchées par les névés ! Attention aux chausse-trappes... de cet univers lunaire...
Lundi 8... Départ compromis pour le breizh wanderer Alain dont la galoche gauche vient de rendre « la semelle » au bout d'une heure... Heureusement, une autre paire de « pompes » fera son apparition du sac de Daniel pour la remplacer... Un rechapage en urgence n'est pas toujours possible, surtout à une heure de route du premier cordonnier de la vallée ; coup de sueur froide pour notre riantécois... Avant le coup de chaud de l'ascension de l'arête de l'Arpille et du sommet de l'ARPELISTOCK qui nous attendent... 800 mètres de dénivelé typé course de côte... pour chameaux ! ! !
Ce premier 3000 sait se faire gagner – La montagne, ça se gagne ! Comme le dit la pub ! Mais nous fait basculer de francophonie en germanophonie... Voir tibétophonie... Heureuse et surprenante rencontre de se trouver « museau à museau » avec des yaks qui paissent au pied de la Cabane GELTEN ! Les vaches d'Hérens combatives chercheraient-elles de nouveaux partenaires de combat ? Plus à la hauteur ? Là, ce n'est pas gagné pour elles ; vu le profil himalayen des concurrents !

Mardi 9... Faire et défaire son sac : tout un poème dans l'accomplissement de ce rituel... Mais aujourd'hui, ce sera plus cool et le sac paraitra plus léger ; avec la perspective de se la couler douce sur les alpages sans devoir monter à 3000. Place donc aux botanistes « en herbe » et merci aux spécialistes - wanderers Nelly et Armelle de nous faire découvrir les parterres colorés d ‘anémones pulsatiles, d'arnica et de gentianes de Koch... qui n'auront pas été foulés par la gente à sabot qui étale son troupeau sur les coteaux. Ici, c'est le royaume de la Simmental, la reine bernoise de l'alpage... La crème des vaches et le fleuron des concours de laitières suisses... Dommage qu'il n'y ai pas de cacaoyers en Suisse... On aurait alors du chocolat d'alpage d'été... Comme le beaufort d'été en fromage ! ! ! Nous nous arrêtons cependant au chalet de Stieretungel pour une pause-café servi sur la nappe à carreau... 11 semaines de garde et de traite pour préparer les futurs Apenzellers et Emmentalers qui font la réputation de la vallée de LENK...
Mercredi 10... Hier soir le miroir azur du petit lac Iffigsee a disparu dans les brumes comme un loch écossais ; la Cabane WILDHORN a joué les fantômes dans son « glen » et la crapette a laissé ses joueurs dans les limbes d'un songe « d'une nuit d'été ».
BEN le chien des gardiens a retrouvé sa niche comme les poules dans l'attente d'un autre jour ; mais ce matin, dès 5 heures, ça s'ébroue sur la terrasse... Sans coq pour prévenir la petite cour, des courageux encore engoncés dans leur doudoune... cillent leur regard vers l'horizon des montagnes de l'Oberland... pour capter le réveil de l'astre du jour ; la magie de l'aube inonde le grand vallon de l'Iffigtal ; d'abord s'illumine le Chilchli avec ses courbes ocres, puis le Niesehorn avec ses creux verts et enfin le Schnidehorn avec sa muraille grise et noire... C'est justement lui à qui nous devons rendre visite aujourd'hui !
Valdéri ! Valdéra ! Valdéri ! Valdéra ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Nos valeureux wanderers ont pris hardiment le chemin de la moraine qui les entraine jusqu'au col du Schnidejoch ; cette haute brèche perchée à 2755m d'altitude nous dévoile la majesté des hautes cimes de la couronne des 4000 du Valais qui s'étale en face : du Mont Rose au Grand Combin, se déploie la hardiesse des Alpes pennines scintillantes de leurs glaciers comme des miroirs aveuglants et soulignant la courbe sombre de leurs faces rocheuses insondables... Du sommet du SCHNIDEHORN (2947m) notre petit 3000 du jour, il est possible de deviner la face nord de l'Ogre (l'EIGER) dont l'ombre fait encore frissonner...
Mais le col des Eaux Froides nous tend les bras et nous invite à une balade « jeu de piste » ou les pas sont guidés de lapiaz en névés ; un bord à suivre la tangente à la courbe des 2600 m, eu suivant le yoyo de l'altimètre... Pil ! Poil ! Gagné le col... Et la cabane des AUDANNES ; nous voici de retour en francophonie !

Jeudi 11... Voici le jour J aussi pour les breizh wanderers ; notre Ogre du jour, skié l'an passé par des breizh skieurs, se pare déjà de soleil à notre réveil... Le Mont Sauvage... WILDHORN... est accessible par son glacier du « dos d'âne » ! Non ! Des Audannes ! Heureusement le couloir sud, assez encaissé, est encore tapissé de névés qui amènent en douceur vers le plateau supérieur... Armelle et Daniel, les Breizh skieurs, passent cette fois-ci sans conversions ; le manteau neigeux d'avril 2018 avait nécessité de tailler des marches dans la glace pour sécuriser cette acrobatie... Rigolo cette fois-ci de se retrouver au pied de la croix valaisanne, au sommet : 3247,60 m... L'an dernier, nous étions 1,50 m au-dessus... Mais le même bonheur ! ! !
Voilà : la conquête des sommets, ça ouvre l'appétit... Une gamelle pantagruélique de Rostis saura combler ce « vide sidéral » des estomacs... Et une nouvelle crapette dérider les langues ! ! !

Vendredi 12... Ouf ! Ouf ! Ouf ! Nous ne sommes pas le 13...
Et ça tombe bien... Car d'après les infos de la gardienne Laure, notre itinéraire du jour : le Col des Audannes est encore impraticable pour les wanderers non équipés... Mais les breizh, eux , ont prévu le coup ! Baudrier, piolet, corde et tutti quanti sortent du sac pour installer un téléphérique éphémère et franchir les névés « dans le pentu » ! Gérard servant de gare inférieure et Daniel de gare supérieure : les navettes fonctionnent à merveille et notre équipage a rejoint, sans encombre, l'autre rive des Grands Gouilles... Dernier coup d'oeil vers le Mont Blanc au croisement de l'arète de l'Arpille, notre cote à chameau que nous retrouvons, cette fois-ci , à la descente...Mais , du coup , nous ne savons plus s'il faut marcher à l'amble ou au trot ! Les breizh wanders peuvent lâcher leurs sabots comme ils le sentent...
Valdéri ! Valdéra ! Valdéri ! Valdéra ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha !


Signé : Framboise, Armelle, Nelly, Alain, Gérard et Daniel

Voir les images

Séjour grandes voies Ailefroide 07/19

Grandes voies ca fait déjà un peu peur, 200 a300 m ca parait haut, 5c minimum gloups..

Et voici 6 grimpeurs du caf pays de Lorient qui se donnent rendez vous sur le camping d'ailefroide
(50 euros la semaine, mettre sa tente ou vous voulez, calme et tranquillité dans un monde de grimpeurs, randonneurs, alpinistes et si il fait beau temps pas trop chaud en plein juillet) c'est super et même de plus en plus rare.
Pour certains seul montagne gravie la diabolique a la chaise du diable : redoutable du haut de ces 17 mètres !!! D'autres sont passés par les dentelles de Montmirail ou d'autres prouesses.
DIMANCHE dans le plus pur style breton l'équipe se rend dans une ascension secrète peu fréquentée et … posant quelques problèmes. « divine pancréatite ». Quelques aigreurs à prévoir.
Itinéraire difficile a trouver mais ne rebutant pas Daniel qui trace devant, première longueur poussiéreuse ou il faut balayer chaque prise et un seul point au premier relai l'autre étant cassé par des chutes de pierre… brrr : déjà de l'ambiance. Normal on est dans le secteur dit de « l éboulement ». comment fait-on quand il n'y a q' un point et qu'il en faut 2…nouvelles leçons.
Et ca progresse dans le 5/5c déjà guillaume passe en tête. A mi chemin il faut traverser ou aller a gauche ou peut être à droite. On s'y perd et on perd du temps. En haut le crux : 6 a en dalle bien équipée, finalement passé facilement en libre par les 6 du groupe.
Tant pis pour les 2 dernières longueurs en 5c/5 il faut descendre sinon on finira à la nuit. Tout de même 230 mètres pour le premier jour.
Encore un rappel trop court qui oblige à quelques manœuvres dont Daniel et Jean Eudes ont le secret et nous voila déjà content de ce premier jour.
LUNDI : bcp de monde au bistrot car la météo est peu favorable pour la journée. Tant pis les bretons sont déjà en piste vers 10 h et s'échauffent sur une voie école et un 6a a l'embauché pour jean pierre.
Dans la foulée une belle voie de 150 m : « MA QUE C EST DU 5 » et oui et même au milieu presque du 6 tant les prises des 2 dernières longueurs sont fines et aérées. D'ailleurs Armand en profite pour faire son premier vol en paroi et comme classique repartir aussitôt. On rêve un peu en côtoyant une des belles voies d'ailefroide « caramba c'est du 6 » 5 longueurs en 6a. Tant pis on reviendra !
MARDI : nous faisons 3 cordées de 2 pour que chacun, même Wayana 14 ans puisse faire de la tete. Direction une vieille classique facile : « little palavar » un bel éperon de 300 m dans le 5/5c. Journée cool sous une belle lumière sans la foule a encombré.
MERCREDI : changeons de lieu : essayons la poire. Dominique Stumpert guide du coin à rééquiper « dans l'esprit » une voie qu'il a ouverte il y a longtemps. Ca angoisse un peu. Et nous sommes 3 cordées de 2.
De fait la « cocarde » va réserver des surprises : un pas dur et un tantinet engagé dès le 3ème point : 5c bravo Guillaume ; une traversée sous des toits avec montée descente, tirage a la clé, relai sur un relai avec un point rouillé : ouf Jean Eudes ; une troisième longueur bien raide complète cet ensemble de 5c+… + l'engagement. Repos dans le 4c/5a donc « dans l'esprit » 4 points doivent suffire sur 45 m. final dans le style….sauf un 5c+ très protégé à l'issue …bizarre. Et le caf d'Annecy sur la poire. Du coup les rappels s'enchainent avec méthode. Un leader devant l'autre dernière.
JEUDI : Daniel qui sort d'une semaine de kayak, puis d'une semaine de rando sur glacier (cf wildhorn) a besoin de repos. Objectif plus simple avec un seul encadrant : « two hot men » a la draye 200 m avec un beau 6a a la clé. Pour finir voie de 2 longueurs en 6 a l'école de la draye.
VENDREDI : on est déjà le dernier jour : 4 passages en 6a dans « bleu pétrole » pour finir, 220 m de grimpes. On reprend des cordées de 3 et ca enchaine : chacun grimpera en tête sur de belles dalles lisses et aériennes en évitant de marcher sur les edelweiss, décidemment plus nombreuses que par le passé. Imitant Armand qui vient de se délester de son descendeur, Daniel expédie un chausson dans le vide et finira avec une basket et un chausson : il aime bien ce style. Et on retrouvera le chausson dans la ligne de rappel. Malin !
220 m de rappel en 1 h 15 à 6…y a du rythme et de la méthode.

On aura appris les manœuvres de corde, les nombreux pièges et techniques pour y parer, la continuité, même le vol, reste à revoir le nœud polonais …bien théorique mais a 6… ET PASSE UN EXCELLENT MOMENT DE GRIMPES ET DE LIBERTE.

Voir les images

Rando vélo mai 2019

Rando / Vélo... au fil de l'eau ! 12 Mai 2019
ou quand la petite Reine... nous entraine dans sa Vallée Verte...

Si on aime son sac à dos au CAF comme un vieux copain avec qui on se tient compagnie depuis... tant d'années. Cette fois-ci, on lui fait une entourloupe en préférant la sacoche. En espérant ne pas le rendre jaloux !
Une petite infidélité des randonnous... qui sont pour certains Cyclo - randonnous parfois... Les pieds peuvent mener loin... Mais les pédales aussi : Coucou à Mathieu, notre coordonnateur / Grimpeur... qui roule en ce moment sur la Carretera Australe au Chili. Hasta Luego !

Plus modestement, notre peloton s'est donné RDV à Pont Augan, confluent de l'Evel et du Blavet ; première étape : rejoindre Saint Nicolas les Eaux, le bien nommé, par monts et par vaux et ça tire un peu dans les côtes du bocage « pourleth »… Mais le vent qui siffle dans les rayons lors des descentes enivrantes a comme un petit air de liberté qui caresse la joue. L'odeur des foins déjà secs rappelle « au nez » pour certains les vacances de gamins chez leurs grands-parents : Tad Koz et Mam Koz !!!

Petit pique-nique auprès de fontaine de Bieuzy les Eaux pour se ressourcer et descente finale de la butte de Castennec, promontoire gallo-romain ou séjournait la Vénus du Blavet... ancienne divinité de la fécondité déboulonnée et jetée sans égard au tréfonds de la rivière par les « patentés » représentants de la papauté qui y voyait une concurrence religieuse... Tabernacle ! Comme le disent nos cousins d'outre-Atlantique.
Mais nos « pratiquants de la pédale douce » restent flegmatiques devant ces « petites guerres de religion »...
Un entracte « pédestre » est sonné pour une visite à la très belle chapelle Saint Nicodème... à l'architecture imposante pour un si petit village ! Là aussi, nous sommes au pays des miracles de l'eau : puisque trois fontaines aux riches ornementations stationnent sur le parvis ; la principale servant à la bénédiction de nos amis « les bêtes » de ferme pour éloigner le « mauvais oeil » ! Tabernacle, comme auraient dit...
La fraicheur de la Vallée Verte baignée par Ar Blavezh... canalisée par Napoléon 1er en 1806... est un apaisement pour nos dos en sueur lorsque nous remontons la raide cote de Rimaison qui nous conduit au château et au Green du « Golf » du même nom. Attention aux « 18 trous ou nids de poules » de la route « rive droite » qui nous ramène d'un grand élan de virages sans fin à Saint Nicolas ; nous y retrouvons d'autres cyclo randonneurs croisés ce matin à la buvette/ ravitaillement ! Évidemment ! Tabernacle... Nous sommes repérés : contrôle « dopage » !
Mais nous voici enfin sur le Halage « le périph de la Petite Reine » qui déroule tranquillement son ruban de petits gravillons blancs... qu'il nous faut suivre comme le Petit Poucet et ses frangins... Saut de puces d'écluses en écluses, à l'ombre des platanes et des hêtres majestueux !
Bref, une belle allée reposante conduisant comme au château de la Petite Reine... Sacoche pleine de bons moments.

Voir les images

Randonnée Scaer Mai 2019

La RANDO des RHODO.... ou la découverte de la petite Amazonie
du pays de SCAER.... Dimanche 5 Mai 2019

Il est des «Korn er Hoed» ou petits coins de Bretagne ou le dépaysement est total…
En voici un «là ou au fond coule une rivière » appelée IZOL...
Et ce dimanche 5 mai, les merles, bergeronnettes et coucous se sont donné RDV pour enchanter les pas des randonnous. Heureusement deux pies SUZANNE et ROZENN guident leurs déambulations au fil des Minojenn serpentant dans cette petite jungle printanière… Parcours sportif ou la vitesse est limitée ! Et pour cause d'itinéraire chaotique parfois : de la forêt de Cascadec à celle de Coatloc'h... les sabots ont fait la godille et pour certains danser une petite gavotte des montagnes «renversante» ; et après les délices du sentier des pêcheurs , la pose pique-nique sur la prairie du moulin de Pontshuc, la délivrance olfactive viendra à la visite du jardin «extraordinaire» de la sœur de SUZANNE... Petit Eden au milieu de nul part !

Voir les images

Séjour ski randonnée Vanoise avril 2019

Séjour SKI de RANDONNEE . . . Massif de la VANOISE
du 21 au 28 Avril 2019 – Club Alpin Français Pays de Lorient
ou La balade des Diaouled Ar Menez . . .An Infern !

Il existe des mi-saison qui ne savent pas franchir le pas . . . de danse et laisse sur le carreau les gavotteurs ! C'est ce qui nous arrive lorsque nos huit skieurs de Bro An Orian débarquent à PRALOGNAN, bourgade savoyarde ou seul un bistrot et une supérette sont encore ouverts . . . Ils avaient eu NOEL au balcon . . . . . . Eh ! Ben ! Ils vont avoir PAQUES au tison . . .
PIERRE, notre guide – vagabond des cimes . . . hésite encore en ce premier matin sur la navigation hauturière programmée qui prévoyait la traversée intégrale des Glaciers de la VANOISE ; mais les prévisions d'un puissant Foehn venant du Piémont Italien lui conseillent de rester en formule de cabotage . . .
Après avoir gouté aux alizées légers et porteurs, l'an dernier, dans le ciel suisse . . . Les spatules « endiablées » vont tâter, cette année , du souffle de la lombarde! ! !
Premier cap donc vers le refuge du Roc de la Pèche, en vallée de Chavière ; il devrait y avoir du fretin à se mettre sous la quille . . . à cet endroit si bien nommé !
Mais les mystères météo du Foehn font que vous transpirez comme un phoque en vallée et que vous ètes renversé et transpercé de grésil en altitude . . . Le système 3 couches devient vite ingérable à cause de cette gymnastique vestimentaire désordonnée ! Et la neige, toute cabossée par ces changements de températures entre les différentes couches, va piéger nos glissades désirées !
Qu'importe . . . Les Diaouled savent franchir les portes de l'enfer et leurs spatules affutées les conduisent d'abord au COL DU GENEPY . . . Voilà de quoi revigorer leurs papilles ! la combe et le glacier du ROSOIRE masquent le Dome de l'ARPONT qui se fait désirer . . . Mais les derniers pas menant au col ravissent notre vision d'un horizon ou dansent les nuées lombardes échevelées.
Merci à notre capitaine PIERRE qui nous octroie cette vue magnifique depuis la hune, sans en subir les coups de roulis . . .
Ce premier bord serein sera une bien belle affaire à arroser, ce soir . . . à la terrasse ensoleillée . . . du refuge du Roc . . . OLIVIER, son gardien, n'aura pas eu à faire sonner le tocsin de la cloche « tintinabullum' . . . pour diriger les naufragés parfois . . . à bon port !
Qu'importe . . . Ce nouveau matin . . . Si le Foehn a fait claquer les volets toute la nuit ! L'équipage chausse hardiment à nouveau les planches pour découvrir les Creux de Chavières . . . et la haute combe qui mène vers le COL ROUGE . . . rouge comme le diablotin masqué LAURENT . . . qui semble tout aise dans ce chaudron enfumé de grésil . Prudence cependant de notre capitaine qui nous fait prendre les distances pour gravir un à un le raidillon central . . .
Le COL ROUGE devait nous amener vers le ROC DES EAUX NOIRES . . .
Mais les bourrasques font perdre la tête à l'anémomètre et courber celle des Diaouled . . . Une longue glissade permettra de retrouver un plancher des vaches plus stable . . . après quelques gamelles, y compris celle de notre capitaine groggy et enivré par les coups de butoir de cette lombarde perfide !
Pour qui sait attendre . . . La récompense arrive . . . Avec une soirée azur ou défilent en escadrilles les derniers souffles de la Lombarde ! ! ! Nous apercevons enfin les dômes glaciaires étincelant de leurs feux aveuglants qui dansent un Plin au soleil couchant . . .
Qu'importe cette nuit pleine de bagarres encore dans un ciel sans lune . . . Nous savons que demain sera une nouvelle récrée . . . de petits diables en vacances . . . Le regel nous fera glisser doucement le long du clapotis du Doron de Chavière jusqu'à l'orée de la forêt d'Isertan. Nouveau cap donc vers le refuge du COL DE LA VANOISE ; depuis les Fontanettes, nous rechaussons les babouches et le baluchon ; la pyramide de l'Aiguille de LA VANOISE sera notre amer . . . remarquable et toujours visible . . . Malgré le Foehn , toujours pas aussi « fun » qui nous accueille à grandes claques au Lac Long englacé , situé près du refuge ; la nouvelle bâtisse, toute en bois blond , a fière allure . . . Et son poêle ronronnant nous ferait presque oublier l'hiver retrouvé . . .
Retrouvaille aussi pour PIERRE qui reconnaît deux collègues pyrénéens en maraude dans les Alpes . . . à croire que les guides alpins ont déserté leurs alpes !
Qu'importe . . . l'heure du réveil ! Ce matin, les prévisions nous font cadeau d'une fenêtre météo favorable pour aller voir plus haut et enfin gravir le dos de ces glaciers immenses . . . Un désert de glace et de blancheur qui va nous laver la tête ; à près de 3000m, il nous faut cadencer notre souffle pour garder nos sens en éveil et pouvoir capter l'étonnante surprise de cet émerveillement ! Un enfer glacé reposant ou apparaît une nouvelle sensation d'apesanteur ; nos patins comme aspirés par l'azur ! Des diables . . . au Paradis ! Damned ! ! !
Une éclaircie impromptue nous dévoile enfin la couronne impériale du sommet verglacé de LA GANDE CASSE et ses couloirs sans fonds . . .
Enfin un Run d'enfer sous les crêtes des rochers du GENEPY (tiens là aussi! Hip ! Hip ! Hourra !) nous transporte dans le Walhalla des skieurs ! ! !
Qu'importe . . . Fermez la fenètre ! Les diaouled sortiront par la serrure . . .
Ils ne sont plus que des esprits vaporeux . . . aspirés par la haute altitude ! Avec comme graal de ce dernier jour, l'ascension du COL de La GRANDE CASSE !
Un voyage irréel dans un décor irréel de blancheur . . . avec comme seul amer la veste bleue de PIERRE, leur guide . . . qui mérite bien son nom !

Signé les Diaouled Ar Menez ou Diable de la Montagne : ISABELLE, ANNE, ARMELLE, MICHEL, JACQUES, JEAN, LAURENT et DANIEL

Voir les images

Séjour Vaison 2019

Vaison la romaine avril 2019

Toute une histoire, celle des peuples gaulois et mélangés romains des années +150 AC, mais aussi celle du club alpin de Lorient, qui s'y baladait a sa naissance en 2002…
Les dentelles, c'est découpes de calcaire sculpté par le vent et l'érosion entre vallée du Rhône et mont Ventoux, qui valent le déplacement. A Montmirail, indépendamment des souvenirs de « visiteurs », il y a le Gigondas et le Beaume de Venise qui donnent Qq ivresses. Tant en randonnées le long des sentes et chemins frôlant le rocher ou les romarins, qu'en escalade planant sur les arêtes ou à travers les « trous » dans la roche, il y a de l'aventure qui ravit les bretons.
Apres un passage au rocher école le dimanche, puis a l'abri du mistral a la Poustrèle dans la chaine du Gigondas (ouf le prochain anneau est loin gloups !!!!), nous accueillons la pluie le matin du mardi.
Balade, temps libre, rando, visite du site archeo des années 150….ils avaient du loisir mais aussi des inégalités ces hommes là !!
Mercredi le beau temps menace et la « combe obscure » nous dévoile ces charmes au pied du ventoux. Quelle dalle, un peu engagée qui oblige à mouiller le maillot….
Des le jeudi nous sommes a la dent Hadamard aux dentelles, certains en 3 longueurs dans vistemboir, d'autres plus engagés dans ces belles dalles qui ravissent et réjouissent le monde, avec la complicité de suissesses douées et de bretons contemplatifs un tantinet admirateur et moqueur. D'autres s'engagent tel certains qui osent « château de sable » en tête un gros petit engagé 6 a+. cool.ils sont fous ces bretons !
Le vendredi, déjà, nous sommes a l'aiguille Lagarde avec son célèbre « éperon est » 5c6a mais aussi son « Emeline »en 3 longueurs et l'arête est….sans parler d'aventures : une longueur de 60 m pour fabienne qui enchaine, et Qq chutes de pierre dans la face directe de l'aiguille. Jean pierre et Wayana se déchainent, pierre tente tout ce qui est possible, Maud n'a pas peur d'enchainer les 6b. Quand aux autres ils jubilent.

On est tellement content qu'on aura bon souvenir et envie de revenir

Voir les images

Séjour ski nordique briançonnais mars 2019

Séjour SKI NORDIQUE dans le Briançonnais ou au Pays des Monts de la Lune – du 2 au 9 mars 2019 – Club Alpin de LORIENT


Il n'y a pas que le Grand Nord ou il est possible de faire du SKI NORDIQUE . . . Pour preuve , cette année ce sont les Alpes du Sud qui ont été choisies pour permettre aux « Mous du Genou » de découvrir les anciennes républiques des ESCARTONS ; RDV a donc été pris à Cervières, petite localité de l'Escarton de Briançon , comme camp de base de nos skieurs nordiques . D'habitude, il y passe les cyclistes qui s'attaquent au Col de l'Izoard, redoutable col « hors catégorie » !
Et pour ce premier jour, c'est CATHY , notre accompagnatrice qui nous fait grimper dans le vallon des OULES pour taquiner les pentes sous le Grand Pic de ROCHEBRUNE . . . perché à 3320 m ! Nous essayons de signer là nos premières arabesques avec « le talon libre » ! La rencontre inopinée de quelques mélèzes, à la descente, permet de tester nos talents de slalomeur en herbe ! Mais la poudre généreuse amortira en douceur nos écarts de trajectoire . . .
Ce matin, depuis le balcon de l'Auberge de l'Arpelin , des bouffées de vent du sud donnent des bonnes joues orageuses aux nuages ; mais le cap est cependant mis vers le col de l'Izoard ; nos traces de trappeur louvoient dans les bois de Péméant . . . nous permettant de découvrir la petite faune d'hiver : empreintes fugitives de blanchons , écureuils et lagopèdes . . . qui témoignent . . . de leurs ébats sur la couette blanche . CATHY , fine arpenteuse de ces lieux nous apprend à décripter les mil et unes astuces de survie de ces habitants discrets . . . .
Dans un dernier virage , nous apercevons enfin la stèle – obélisque du col qui marque la limite de l'Escarton du QUEYRAS et deviner ce coté des ALPES COTIENNES et son plus haut village Saint Véran (2050m) .
En fait , pour la petite histoire : les ESCARTONS , grand territoire de 51 communes situé entre TURIN et GRENOBLE , ont été créés par une Charte signée le 29 Mai 1343 , par l'évèque de Grenoble et HUMBERT II , Prince du Piémont Italien ; cette enclave au relief marqué , éloigné des lieux de pouvoir féodaux et donc difficile à controler par ces autorités a bénéficié pendant plus de 5 siècles d'un régime quasiment républicain avec des privilèges et franchises particulières . C'est ce que nous apprend , en cette fin d'après midi ELSA , historienne , qui nous fait une visite guidée de Cervières et dont les habitants votaient pour élire ses consuls représentatifs auprès de l'Escarton de Briançon ; ces « Hommes Libres Francs Bougeois » comme ils s'appelaient régissaient ainsi , en autarcie, leur territoire . . . évidemment contre 4000 Ducas , versés chaque année , au Dauphin de France . D'ou vient le nom historique du journal local et régional « Le Dauphiné Libéré ».

VAL de CLAREE : notre destination de ce jour démarre à Névache , village pittoresque pourvu de pimpantes et vielles façades piquetées de cadrans solaires signés du piémontais Giovanni Francesco ZARBULA , célèbre y compris ici , dans l'Escarton de Briançon . . . Et remarquable par la ligne équatoriale dessinée avec une précision mathématique sur la pendule .. .
Les Moux du Genou , décomplexés , se tirent la bourre le long des méandres de la Clarée , vivifiant torrent dévalant allègrement depuis les pentes du Mont THABORD . . . Autre terrain de jeu pour CATHY qui nous parle de ses randonnées secrètes qu'elle organise dans ce massif propice au ski nordique et en raquette ; Peut- ètre un autre projet futur ? En attendant , les Mous se régalent de chocolat et vin chaud à la fruitière de Foncouverte , bistrot très fréquenté par la gente randonneuse . . .
Mais CATHY nous avait promis La Lune . .. Et nous voilà , en ce nouveau matin blafard sous de gros flocons à suivre le cours de la Cerveyrette dégringolant dans la gorge du LASSERON ; ce n'est qu'au village de LA CHAU que nous découvrons le magnifique plateau nordique des Fonts de Cervières , petite laponie locale : un bijou de tranquillité comme la « Mer de la Tranquillité » Et «avé » le soleil provençal en plus !
ça y est : nous apercevons les collines mystérieuses de La Lune ; notre glisse dans cette ouate de velours nous fait traverser l' Océan des Tempètes , puis couper les cratères Pluton et Copernic . . . Et enfin aboutir au Col de Bousson ou la borne frontière N° 32 signe notre arrivée dans l'Escarton d'OULX . . . Et sa Mer de la Sérénité ! Ou bizarrement nous croisons des skieurs « blancs et kakis » planqués derrière les congères ! En fait , il s'agit de manœuvres conjointes de chasseurs alpins italiens et français . . . Nous serons bien gardés cette nuit à la Capanna Mautino . . .
PIEMONTE : un azur flamboyant illumine, ce matin , nos virages vers le Lago Nero et sa chapelle de La Madona ; les alpages blancs de la Peira Roia nous mènent au Col BEGINO ; les Mous se sentent transportés , comme en apesanteur , sur ces collines tout en rondeur . . . L'alunissage au bout des spatules au ROC BUCCIE est un régal et le pique nique au soleil invite le regard à la contemplation de la crète de DORMILLOUSE
une montagne au profil idéal pour le ski nordique de randonnée . Coté nord , le CHABERTON , Cervin du Sud , crève l'horizon . . .
Cette après-midi , CATHY nous invite à une récré . . . très récréative ; puisqu'elle veut nous initier au virage Télémark ; à son exemple , nous nous appliquons à faire la génuflexion : ce qui , pour des Mous du Genou , devrait ètre assez naturel . . .mais les raideurs demanderont encore quelques exercices complémentaires et pour finir la soirée , une bonne séance d ‘étirement coaché par FRAMBOISE saura nous achever ! ! !
Crète du SOURE : Bon ! Faut bien revenir sur terre ! Et dire CIAO au ROC DE LUNA . . . Ce que nous faisons , ce dernier matin , en empruntant cette crète par ou notre plan de vol nous fait passer ! GRAZIE au gardiens de la Capanna Mautino à l'accueil chaleureux et aux menus italiens « exotiques » pour nos papilles . . .
Nous replongeons dans l'océan des Tempètes et retrouvons d'autres ailes venues toucher les brises sur l'altiplano des Fonts de Cervières ; une colonie de Kite-skieurs batifole gaiement comme une escadrille de papillons multicolores . . . en recherche d'ascendances !
CERVIERES : un atterrissage sur les carres sera nécessaire en essayant d'éviter les caillous du chemin des AITES . . . L'équipage des « Mous du Genou » sort enfin de sa capsule , plus revigoré que jamais . . .Et près à un prochain voyage « lunatique » . Merci à CATHY , Pilote Principal !

Signé The MOUS DU GENOU LUNA TEAM :

CATHY . . . . . . .. Pilote Principal et Driver TEAM
DANIEL . . . . . . Commandante Général
ALAIN . . . . . . . Second Pilote
CHRISTINE . . . Pilote alunissage
YVELINE . . . . . Pilote atterissage
NELLY . . . . . . Pilote Crash
EVELYNE . . . . Pilote All Terrain
FRAMBOISE . . Pilote Boum/Boum
SUZANNE . . . . Pilote Crack/Boum/Hue
ARMELLE . . . . Pilote Radio
PATRICK . . . . . Pilote Vidéo

Voir les images

AOPP 2019

Séjour rando alpine en Suisse juillet 18

Séjour Rando Alpine – Massif du WILDSTRUBEL
du 2 au 6 Juillet 2018
Club Alpin Français du Pays de Lorient

Après le Wildstrubel . . .à ski . . . Voici le Wildstrubel . . . à pied ; enfin avec des crampons aux pieds , quand mème ! Cette Rando Alpine programmée sur la trace d'avril laissée par des skieurs lorientais aura eu un autre parfum d'aventure . . . Et laissé aussi des traces . . . dans les mollets et pour certaines dans les chevilles !
Le TEAM d'été s'est donné comme défi de gravir certains des 3000 de ces Alpes Valaisannes un peu oubliées , car à l'ombre des Grands 4000 voisins plus racoleurs ! c'est ce critère de « wilderness » qui a motivé Daniel , le GO de service , quand au choix de ce massif . . . Sauf qu'en débarquant le premier jour à la Cabane Lammerenhutte , une colonie d'une 20taine d'ados suivait un stage de Alpinschule ( Ecole Alpine) sous la bienveillance de leurs Bergfurhers ; mais un peu de jeunesse apportait une fraicheur de vivre agréable à entendre et l'ordre suisse veillait sur eux ! ! ! Bonne acclimatation auditive au lunch du soir !
Mardi 3 Juillet : Journée d'acclimatation aussi pour nos élèves gaulois moins à cheval sur l'heure de réveil :on avait pas avalé une pendule. . . suisse pour autant ! En guise de préparation aux 3000 , nos cordées remontent la Lammerengrat à la poursuite des bouquetins et chamois ; bel itinéraire en balcon perché au-dessus du Daubensee ( lac du Dauben) ; petite escalade avant de déboucher au ROTE TOTZ qui du haut de ses 2848m , fait redresser les tètes vers la silhouette abrupte du STEGHORN voisin (3146m) et laisser le regard se perdre vers la large vallée de KANDERSTEG ou l'Alpbach dégringole en tourbillons . . . Les pyramides du RINDERHORN ( 3448m) et du BALMHORN (3698m) dévoilent leurs faces nord encore enneigées qu'on imagine déjà avec les skis aux pieds . Prochains « runs »du prochain printemps ? Les spatules démangent déjà d'envie Armelle et Daniel . Ceci dit , faut bien redescendre sur le Lammerenplaten ; du coup , chacun reprends son piolet fétiche pour apprendre à controler son équilibre et sa vitesse dans les névés plus ou moins pentus qui traversent les barres rocheuses conduisant au petit Lammerensee et ses tétards ! Après ces exercices « imposés » par le Bergfuhrer gaulois , voici venu le temps de la joyeuse récrée aussi pour nos élèves de la « gauloise alpinschule » ; une barre rocheuses calcaire avec de belles cannelures nous invite à une séance d'escalade . . .histoire de prendre confiance dans la corde et ses manœuvres et se laisser pousser des ailes ! ! ! Bravo à nos randonneurs , devenus un brin escaladeurs !
Mercredi 4 Juillet : Ca y est , la météo semble correcte aujourd'hui . . . Vaut mieux car notre premier 3000 : le ROTHORN ou Mont Rouge s'est déjà empourpré au lever du soleil : il rougit déjà d'envie de voir nos silhouettes sur son épaule ; de belles écharpes de neiges encore présentes nous facilitent un accès aisé vers le Lammerengletscher ( glacier ) ; cette fois-ci , les cordées s'organisent : Janine et Anne avec le Bergfuhrer gaulois ; et les cordées « volantes » Françoise avec Alain et Nelly avec Armelle ! Cette ascension permet de visionner toute l'ampleur du Cirque du WILDSTRUBEL dont nous apercevons enfin la coupole étincelante au nord . Un inconnu à découvrir : le Schneejoch ou petit col d'accès au plateau sommital ? Une grosse rimaye et un court passage d'escalade dans des schistes détritiques , mais pas trop raide , nous délivrent du glacier . Changement d'ambiance depuis avril dernier : apparemment les faces ouest de ces 3000 se sont dégarnies de neige . . . On se croirait sur le Ventoux en plein été ; avec les cyclos en moins ! Alain n'est pas dépaysé ! Mais , comme il a un petit vélo dans la tète , il est ravi ! Bravo au TEAM d'été pour cette première !
Depuis notre Mont Rouge . . . Nous prenons toute latitude pour égrener les noms connus des grands 4000 qui nous font face : Mont Rose , océan de glace , un peu palot à cause de la brume estivale , l'arète franche avec son grand gendarme du Weisshorn  , la point bifide du Bishorn , la pyramide emblématique du Cervin et la Dent Blanche tapie comme un félin . . .Mais , notre navigation n'est pas finie ; après les agapes « sur le pouce » , notre glissade vers le Glacier de la Plaine Morte nous amène sur la rive d'un lac glaciaire qui rappelle les rivages du Groenland au moment de la débacle printanière : belle surprise polaire ! Mais qui cache une autre surprise : il faut bien se mettre en évidence : si on veut garder le cap pour franchir cette mer des sargasses gelée de plus de 6 km de long , il va nous falloir louvoyer . . . La rapide fusion estivale de la neige a transformé le glacier en un clapot furieux de pénitents figés ! Notre arrivée au bout de 3 heures de cabotage nous laisse presque un goût de mal de mer en franchissant le col du Wisshorelucke ; délivrance : la Cabane Wildstrubel , postée comme un phare devient notre bouée . . . Genoux et chevilles en compote ! Et le casque de travers ! On a jamais vu des matelots en cet état d'ébriété ! Vive le Rostis promis ? Et la petite bière vent arrière . . .Bravo au TEAM d'été pour cette traversée tumultueuse de la Mer Rouge ! Après le calme olympien du Mont Rouge !
Jeudi 5 Juillet : Bon , va falloir ressortir les avirons pour refranchir en partie ce clapot de La Plaine Morte ( étrange nom à consonnance biblique ) ; mais la perspective de gravir le Monarque des lieux nous redonne du coeur à l'ouvrage : le Wildstrubel et son arète Ouest en pente douce ( le TEAM d'hiver l'avait bien gravi skis aux pieds en partie) ressemble à un gros dos d'éléphant et son orientation permet une ascension à la fraiche . . . Mais Gros Temps bien frais aussi à la croix du sommet qui disparaît rapidement après les photos souvenir ! A peine le temps de jeter un coup d'oeil sur la vallée de la Simmental , et la bourgade de LENK , au nord . La trace furtive de la descente se laisser à peine deviner dans la brume qui s'épaissit ; en fait , l'orage prévu nous rattrape sans coup férir dans la descente du Mittelgipfel : gros flashs , déflagration et grèle nous plongent soudainement dans un univers assourdissant : les tambours du Bronx résonnent sur nos tètes !
Et le paysage prend ses couleurs hivernales , au coeur de l'été . . . Heureusement , quelques éclaircies permettent d'orienter nos pas vers la moraine finale qui plonge vers la croupe du Lammerenhorn . Notre arrivée à la Cabane Lammerenhutte nous laisse sur son quai comme un bateau ivre ! ! ! Comme nous , un équipage anglais essore ses vètements et cordes trempés et commande son rostis et sa petite bière vent arrière !
Vendredi 6 Juillet : Ce matin , la corne de brume est encore de sortie . . . au milieu des grandes écharpes de nuage qui s'effilochent sur les crètes du Schwarzhorn et du Daubenhorn que nous avions prévu de gravir . . . Et les gros nuages noirs qui s'ammoncellent dans la Brèche de la Gemmi n'annoncent pas d'amélioration . Bon ! c'est la montagne qui commande ! Clic ! Clac ! Nous filons vers la Gemmi et son téléphérique salvateur . . .qui nous fait plonger à travers les nuées ! Les senteurs d'alpages surprennent à nouveau nos narines et nous ressortons le short comme des gamins . . . au village de Leukerbad . En consolation , Nelly nous entraine à la Fondation GIANADDA , à Martigny . . .Pour nous imprimer de la noirceur des tableaux du peintre français Pierre Soulages . . . Noir , c'est noir !
Avec des nuances de noir . . . Bonsoir !

Voir les images

Séjour rando Espagne juillet 18

Séjour rando alpine dans la vallée de Hecho Espagne du 26 juin au 7 juillet 2018


Depuis mars, Allain Collas et Roger Bellier cherchaient un camping au nord de l'Aragon près du GR11 (province de Huesca) pour un séjour de rando alpine sans neige ni glacier.

C'est finalement au camping de la Selva de Oza (Parque Natural Valles Occidentales, vallée de Hecho à 1150m altitude) que nous avons posé nos tentes au bord de la rivière Aragon Subordan. Calme et nature dans un cadre merveilleux de montagnes et de forêt !

Au départ du camping ou seulement à quelques kms de voiture, un grand choix de randonnées entre 1400m et 2200m le long de la frontière pyrénéenne avec la France :
Ibon de Acherito, Puerto del Palo, Chemin de la liberté, Pena Forca, Castillo de Acher, refugio de Gabardito et col de la Foraton…avec des roches aux couleurs rose-mauve surprenantes et des falaises verticales donnant des envies d'escalade à quelques uns…

Les camions apportaient les troupeaux de bovins aux alpages, notamment dans la belle vallée glaciaire de Achar Aguas Tuertas. Peu de randonneurs fin juin à la fin de cette vallée étroite depuis Hecho ce qui nous a permis d'observer des vautours fauves et de nombreux izards en haut des alpages ou s'amusant sur les névés.
Seulement une heure d'orage une fin de journée à l'abri au camping ! de la brume et de la fraicheur le lendemain, de quoi apprécier les belles conditions météo des autres jours.

La tente « mess » du CAF a été bien utilisée pour mettre à l'abri glacières, tables et butagaz et rassembler parfois les 11 personnes du groupe. Bon investissement !

Au milieu du séjour, une escapade dans la vallée voisine à l'ouest, celle de Anso, nous a permis de connaître le camping de Zuriza qui changeait de propriétaire.
Une piste pour un séjour 2019 ??

Voir les images

Séjour rando glaciaire montagne Vanoise 2018

Stage initiation alpinisme juin 18

CR stage initiation alpinisme 2018

Nous sommes partis le samedi 16 juin pour l'Oisans mais après regroupement des stagiaires et une nouvelle consultation de la météo qui n'était pas au top pour toute la semaine, décision est prise de partir vers le sud et les Pyrénées. Arrivés en fin d'après midi à Luz Saint Sauveur, nous sommes montés dans la foulée au refuge CAF de la Glère (2153m).
Arrivés au refuge nous découvrons un paysage de lacs et de combes encore largement enneigées, la neige étant encore un peu tombée au début de la semaine.
Le lendemain, montée tranquille à la Hourquette de Mounicot pour réaliser la traversée des crêtes de la Mourelle (2679m), une dizaine de petites longueurs équipées (3 ou 4 pitons en tout) pour s'acclimater à l'altitude et à la grimpe sur rocher en « grosses » dans une difficulté n'excédant pas le IV puis retour tranquillement au refuge après une journée sous le soleil.
Le lendemain, vu les conditions de neige nous décidons de renoncer au Néouvielle (3091m) pour se rabattre sur le Campanal de Laurens (2712mm). Les difficultés rocheuses sont moins importantes mais l'approche est plus longue avec des conditions de neige plus difficiles. Le retour a été plus délicat avec une chaleur très éprouvante, sans un souffle d'air et de la neige moins dure. Un petit arrêt au refuge et descente à la voiture pour arriver juste à l'heure du repas au refuge CAF de la Grange de Holle à Gavarnie.
Le jour suivant, un peu d'escalade dans une falaise équipée à Gedre en aval de Gavarnie et un petit exercice de mouflage avant de monter au refuge de Baysselance (2651m)
Le lendemain montée au Grand Vignemale (3298m) avec passage sur glacier recouvert de neige dans laquelle on s'enfonçait jusqu'aux genoux. Sur le topo il est indiqué : xxxxxxxxxxxxxxxx, pour nous ce fut une pente de neige avec quelques rochers émergeants et dont on pouvait faire partir de belles coulées. Les plus belles ont été faites par 2 skieurs de rando mais nous étions déjà redescendus
Le dernier jour petit Vignemale (3032m) en meilleure neige que la veille et retour dans la vallée vers laquelle nous nous sommes fait doubler par plusieurs skieurs de rando qui ont déchaussé définitivement vers 1900m. Sur ce nous sommes rentrés sur Lorient
Ce fut une semaine très ensoleillée, un peu chaude pour les conditions de neige et pour une année assez exceptionnelle en termes d'enneigement.

Voir les images

Séjour Rando / escalade Guillestre mai 18

Séjour Rando / Escalade – du 5 au 12 Mai 2018
dans le Val de Haute Durance – Hautes Alpes
raconté par . . . les escaladeurs . . .


En mai , fais ce qu'il te plait , nous répète le dicton ! Nous l'avons pris , cette fois , au pied de la lettre pour ce séjour . . . Ce qui fait que les Randonnous/Escaladous lorientais ont choisi ce coin des Hautes Alpes pour établir leur campement printanier , sur les bords du Guil , au pied de l'imposante citadelle Vauban de Mont Dauphin ; nous serons bercés chaque nuit , dans notre camping des Villards , par le bruissement des flots de tous ces torrents échappés du proche QUEYRAS ; ses sommets luisent encore des neiges hivernales . Les retours d'Est , comme le disent les Guillestrins , ont laissé leur empreinte de poudreuse tard en saison ; il ne sera pas rare de croiser , durant la semaine , des skieurs en recherche de leurs traces ! ! !
Et en première distraction . . . les premières cordées s'échappent vers le vallon du Fournel , réputé l'hiver pour ses cascades de glace et l'été pour ses canyons ; un dimanche arrosé au déjeuner n'arrète pas le pèlerin , comme on le dit  et nos amis randonneurs choisirons la vallée adjacente de Freissinières pour gouter au sentier alpin qui mène à la Grotte des Vaudois . L'avantage du calcaire est son séchage rapide . . . surtout lorsque la paroi qui nous invite regarde vers le sud ; ce qui est le cas pour cette première falaise située à l'aplomb des mines d'argent qui sillonnent la montagne d' Argentière-la -Bessée , la bien nommée . Et notre trésor du jour consistera à nous régaler de longueurs «  toutes en adhérence » ou il nous faudra user de nos habiletés de cabris tout juste sortis de l'hiver armoricain !
Lundi 7 mai . . . La Durance , considérée par les hydrographes , comme le plus puissant torrent de France . . . a taillé inexorablement son chemin et ses cluses dans d'innombrables types de sols ; y compris la dure quartzite ( comme celle de Pen Hir ) qui accueille ce matin quelques unes des nos cordées au Rocher Baron ; ce bastion juché au-dessus du petit village de Queyrière fait ainsi face au fameuses tenailles de Montbrison déjà gravies par des grimpeurs lorientais par son éperon Renaud , lors d'un stage estival . Deux autres cordées ont choisi l'éperon Bouchier qui s'élève hardiment au-dessus des toits de lauze du joli village de Bouchier , évidemment ; cette arète calcaire curieuse comporte de nombreux ressauts et gendarmes rouges et gris qui invitent à une escalade « furtive » ou il faut deviner les longueurs suivantes ; initiation aux itinéraires montagnards ou il faut placer ses protections aux bons endroits . Une mélèzaie habitée de ruches embaume la descente .
Mardi 8 mai . . . Evidemment , c'est au son du clairon de l'armistice . . . que nous investissons la falaise des Collets , à l'Argentière ; encore une curiosité géologique ; car cette fois-ci , un schiste plissé ponctué de galets de silex permet une escalade sur la pointe des chaussons ! Aie ! Aie ! Aie ! Pour les petits petons . . .
La tour de l'horloge des Hermes perchée en haut de la falaise rappelle que nous sommes en pays occitan ; la Provence n'est pas si loin et les santons-escaladeurs font la ronde au fil des heures sonnantes . . . Heureusement quelques buis permettent de recouvrer une ombre salvatrice pour le pique-nique .
Mercredi 9 mai . . . Les Guions et la Guionette ! ! ! C'est près de ce village et à l'ombre du Pic de Béal Traversier ( 2910m) que nous chaussons les « espadrilles » ce matin ; cette haute montagne nous sépare de la vallée d'Arvieux , autre vallée perchée du Queyras et la furieuse cascade de Pra Reboul fait résonner sa résurgence non loin ; nos randonneurs sont allés toucher la neige au-dessus du bois des Orgiers et du bois Durat , avec quelques émotions à traverser les névés encore présents et les cones impressionnants d'avalanche . 
Le petit clocher de Saint Crépin , tout en bas , semble une miniature sur son tapis vert . Malgré la douche orageuse de cette nuit , les fissures et murs de calcaire gris sont déjà secs .
La gomme des chaussons a tout loisir de « ruser » sur les réglettes et bossettes et l'azur provençal illumine notre journée .
Mais deux cordées se sont fait « la belle » pour traverser la Durance et aller fureter dans le vallon de Freissinières ; un plan B , histoire de gouter aux « Dalles Magiques » qui s'élèvent au-dessus du village de Pallon , coincé près de l'insondable gouffre de Gourfouran ; 100 m de cannelures à se mettre sous la semelle de vent ! Un régal à gogo . . . Pour pouvoir finir en douceur par un petit café à la taverne de l'échauguette à Mont Dauphin . . . à l'ombre de Vauban !
Jeudi 10 mai . . . Encore un jour férié , me direz-vous ! Mais réservé pour d'autres « ascensions » évidemment ! Un bonheur que de rechausser pour de superbes longueurs sur les murs de quartzite ocre de la Casse de Prelles ; on se croirait à « Pen Hir en Montagne » , sans le fracas des vagues d'Iroise , mais avec le murmure des mélèzes qui chantent au rythme des rafales du vent provençal ! Et en fond d'écran , le regard qui porte sur la belle et large vallée de la capricieuse Durance qui défile ses tresses comme des lianes ébouriffées . . .
Vendredi 11 mai . . . Lendemain de jour férié ! Toujours difficile , me direz-vous ! Sauf qu'il reste un WE pour récupérer ! Bref . . . Depuis le petit village de Géro , nous croisons quelques chèvres et sa bergère sympathique et après la chapelle Saint Roch , nos pas se faufilent vers la falaise des Indiens . . . Belle récréation que de jouer aux cow-boy et aux indiens ; et les choix sont multiples , suivant notre attirance pour la tribu des cheyennes , ou commanches , ou sioux ou autres hurons ! Et pouvoir grimper sans y laisser des plumes !



Signé les Escaladous : Germaine , Fabienne , Sylvie , Armelle , Adèle , Pascal , Tanguy , Michel , Jean Pierre, Gérard , Jean Paul , Claude , Jean Eudes et Daniel . . .

Guillestre le 12 mai 2018 . .. Bon Anniversaire Jean Eudes !

Voir les images

WE de rando Saint Brevin mai 2018

Séjour Alpi Mai 2018

Séjour Ski randonnée Suisse avril 2018

Die Wilden W ou Skitouren / Haute Route WILDHORN – WILDSTRUBEL
du 15 au 22 avril 2018 – Club Alpin Français du Pays de LORIENT
Ou la vadrouille des patrouilleurs de l'Ouest dans le Berner Oberland

Après une excursion en ITALIE ( Val Formazza) en 2016 et en ESPAGNE ( Encantats ) en 2017, les spatules «  endiablées » de certains skieurs lorientais les ont conduit ce printemps vers la SUISSE et plus précisément dans les Alpes Bernoises . . . Appelée aussi SCHWEIZZ ou SVIZZERA : 60 % du territoire helvétique est constitué de montagnes , c'est le pays du fromage à pate dure : le fameux Gruyère et l'Emmental . . . Cette excursion dans le chaudron . . . Ou il ne faut pas perdre le crouton sous peine de gage . . . s'est transformée en belle Haute Route dénommée Die Wilden W ou le tour des Montagnes Sauvages ! ! 

Pierre , notre guide pyrénéen , éternel baladin des cimes . . . nous a donné rdv aux Rousses ( attention , ne pas confondre avec la station du Jura ! ) ce lundi 16 avril ; petite station située au-dessus de SION , capitale cantonale du Valais . . . lovée au pied de son oppidum perché !
Mais les consignes sont claires : après contrôle des Arvas , la remontée de la combe des Andins se fait sans pose , mais la gorge un peu nouée ; chaque virage serré au plus creux du talweg , à scruter les incessantes purges qui déboulent des barres rocheuses qui nous surplombent ! ! ! et qui viennent heureusement terminer leurs courses loin de notre trace . . . Ouf ! de soulagement lorsque la vision de la cabane des Audannes surgit près de son lac englacé . Les aboiements de bienvenue de Bosco , le chien de Georges Zoganas , le gardien , nous délivre de notre pincement au coeur . . . Une équipe de skieurs valaisans conduit par un guide de Verbier rejoint notre équipage de ce soir .
Et les échanges d'information sur la qualité de la neige et la météo des jours à venir sont fructueux entre «  patrouilleurs français et helvètes » ! ! ! Car , de l'autre coté de la vallée du Rhone , les concurrents de la célèbre course La Patrouille des Glaciers s'apprètent à s' élancer . . . pour un run de 110 km entre Zermatt et Verbier ; nous sommes loin des chronos avancés et pariés : 5h30 pour les hommes à 7h30 pour les féminines . . .Nous , on préfère la Montagne en Père Peinard à la Brassens !

Et pour demain , au matin clair , nous rechaussons les peaux , véritables charentaises sous les skis pour nous hisser sur les premières pentes ensoleillées du WILDHORN , notre objectif . . . Atteint débonnairement sans surprise majeure ! Waou ! Un premier 3000 . . . pour un tour d'horizon magnifique . . . Une Petite Suisse sous nos spatules . . . vision en fish-eye de la confédération . . .Du Jura à la Bernina ! ! ! Patrick , notre vidéocinéaste empoche le premier run de descente dans sa boite à images ; et Nicolas , le benjamin de l'équipe qui effectue son premier raid alpin , se laisse tenter par l'enchainement vertigineux des virages ! Attention , il n'y a pas de service des pistes , à cette altitude ; mème si nous avions croisé , en matinée , des équipes d' héliskieurs treillés au sommet . . .

Mercredi 18 . . . Le col des Eaux Froides porte bien son nom et sa raideur glacée demande à Pierre de tailler des marches au piolet pour permettre d'effectuer des conversions sans risque inutile , et ceci malgré les couteaux fixés sur nos skis . Le bon regel de cette nuit a solidifié le manteau neigeux ; ces conditions favorables rendent notre progression plus sure . . . Et c'est presque avec étonnement que nous gravissons d'un pas alerte l'arète Ouest du SCHNIDEHORN  notre presque 3000 (2937m) du jour . . .Depuis le cairn sommital , nous apercevons plus précisément les Hautes Cimes de l'Oberland : JUNGFRAU , ALESTCHORN et l' EIGER , l'ogre ! Nous apprendrons plus tard que le col du Schnidejoch que nous venons de passer était un passage fréquenté depuis la préhistoire et encore plus du temps des Walsers au moyen-age , car permettant de rejoindre la vallée du Rhone à celle de l'Aar ( région de Berne) ; nous sommes loin d'ètre les premiers « hominidés » sur cette Haute Route ; la trace des chasseurs de l'antiquité comme celle de l'Homme de l'OTZLI dont la dépouille intacte a été retrouvée sur le glacier de Similaun en Autriche, démontre la grande mobilité des populations alpines . . . Mème si la vie n'était pas toujours rose à cette époque , un Run enivrant nous dépose au Plan des Roses justement . . . Grand vallon nordique ou parait-t-il on trouve aussi des framboises , à la bonne saison ! Mais la cueillette n'est pas pour aujourd'hui et la rude remontée vers la Wildstrubelhutte retient tous nos efforts du jour ! Un premier Rosti nous récompensera de cette longue étape ou nous avons laissé pas mal d'énergie !

Jeudi 19 : Depuis notre phare :la Cabane Wildstrubel est perchée sur son belvédère à 2791m d'altitude . . . Nous découvrons , après le premier cap du Wisshorelucke , l'immense glacier de la Plaine Morte posé comme une Mer des Sargasses au milieu d' une couronne de 3000 dominée par la coupole scintillante du WILDSTRUBEL , notre objectif du jour ! On pourrait y faire du chien de traineau ou du char à voile , ce qui ne déplairait pas à Isabelle qui «  baigne » dans le milieu de la Course au Large ! Les patrouilleurs suisses ( Ils ont bien gagné l'America ‘s Cup , dans le passé!) qui nous précèdent . . . ont déjà abordé les premières pentes . . à couteaux tirés ! Justement , au moment de les mettre , Pierre , notre Guidos s'aperçoit que l'une de ses fixations avant a pris du jeu ; en fait , il commence à en perdre les vis ! Gloups ! Aie ! Aie ! Aie ! Pas le moment ! Notre prochaine étape se trouve dans l'autre vallée . Kit de réparation en main , une solution provisoire est cependant trouvée ; et dans tous les cas , après une petite demi-heure d'ascension , la pente se redresse et nous oblige à chausser les crampons et porter nos skis . . . La croix du sommet nous tend enfin les bras . . . à 3244m ! Pose photo pour fèter ces 500m de dénivelé ! Pierre pris le ciel de ne pas déchausser à la descente . . .Et du coup , cherche les pentes pas trop raides et ralentit l'allure des patrouilleurs . . Qui cherchent un second souffle !

Vendredi 20 : La Lammerenhutte qui nous a hébergés hier soir est un vaisseau flambant neuf , restauré en 2017 ; les bois blonds et les larges baies vitrées de sa vaste salle à manger sont une invitation à la contemplation des Horn qui la ceinturent ! Sa fréquentation plus fournie de skieurs de différents pays s'explique par sa proximité avec le téléphérique de Gemmi . . . Nous pouvons croiser des familles qui viennent initier leurs jeunes au Ski de Montagne ou à la Raquette aussi !
Après une réparation «  de fortune » de sa fixation , Pierre nous entraine sur une course , sac léger , en Aller -Retour ; son choix se porte sur le SCHWARZHORN et ROTHORN , deux remparts altiers qui bordent la partie sud du cirque de Lammerenboden . L'anticyclone actif qui se prolonge en cette fin de semaine nous réjouit ; il y a peu de séjour comme celui-ci ou les bonnes augures auront été aussi propices et aussi longtemps . Ce matin , les patrouilleurs bretons enchainent , le coeur vaillant , de larges virages sur les pentes douces du lammerengletscher ; on croirait tirer des bords . . . Un azur boréal au bleu profond projette nos ombres mouvantes sur les champs de glace . . . Malgré la fraicheur matinale, la caresse du soleil nous enveloppe et nous pousse vers le zénith des sommets ; au Mont Noir et au Mont Rouge , le paradis n'est pas loin . . .Et la glissade finale n'a que plus de goût . . .Qui nous ramène à la Hutte ou le fumet des Rosti achève , en beauté , cette magnifique journée de montagne .

Samedi 21 :Hier soir a été l' occasion amusante de visionner , grace à la montre connectée d'Isabelle et son smartphone , nos itinéraires précédents . . . à vitesse accélérée , la patrouille bretonne a franchir plusieurs fois les records du KM lancé ! ! ! Et pour Pierre qui prépare sa reconversion en logisticien cycliste . . . Cette approche numérique des itinéraires l'a laissé tout pantois !
Nous lui souhaitons bon courage dans ce nouveau job de gestion des sportifs . . Reste à trouver la bonne distance . . . Vis à vis de ses futurs clients . . . sans doute connectés déjà !
Et ce matin , la nouvelle appli s'appelle DAUBENHORN , l'ultime sommet du cirque qui surplombe la vallée de la DALA , joyeux torrent qui traverse le gros village de Leukerbad aux chalets suisses tirés au cordeau ! Embarqués dans le téléphérique , nous découvrons l'envers rocheux et vertigineux de nos montagnes skiées les jours précédents ! Un run de 1000m nous fait plonger radicalement vers les alpages verdoyants ou les effluves du printemps surprennent nos narines enfarinées de poudre alpine encore .Nous venons de changer de saison en un quart d'heure ! Nos spatules vont peut ètre se changer en palmes ! À cette allure !

Voir les images

Stage ski nordique Vercors février 18

Stage cascade de glace Briançon Février 18

Stage rando raquettes Vercors février 18

Stage Alpi perfectionnement (juin 2017)

Alpi dans les Pyrénées (juillet 2017)

Randonnée Montagne 2 (juillet 2017)

Du Pays de LORIENT . . . . .au Pays du MONT BLANC
Séjours de Randonnées Montagne et Randonnées Alpine
1ère quinzaine Juillet 2017 – Club Alpin de LORIENT

Après le séjour PYRENEES en 2016 qui a vu les « baladins d' An ORIAN » sur les sommets du Pic d' ANIE et de l' ANETO , une nouvelle escapade vient de se terminer . . .Avec pour cadre le massif du MONT BLANC et ses montagnes voisines . Ainsi une trentaine d'adhérents cafistes ont pu mettre leurs pas dans celui d'illustres prédécesseurs , à savoir ceux de Jacques BALMAT , paysan et cristallier et premier chamoniard a fouler le sommet de cette éminence et ceux de Horace Bénédict de SAUSSURE , le savant genevois qui en lança la conquète . . .
Organisés en deux groupes , certains ont enchainé les deux semaines , autant le nez en l'air sur les sentiers d' alpage que les yeux ébahis par leur traces sur les glaciers .

Et pendant que le groupe espoir 2 Rando Alpine avançait, le Groupe Godillot 2 Rando Montagne ( vous aurez deviné avec Jean Eudes en accompagnateur) s'échappe sur le balcon des AIGUILLES ROUGES , du Col des Montets à la Flégère pour deux étapes «  vaporeuses » , ponctuées d'éclaircies heureuses afin d'admirer , de leur coté , l'architecture hautaine de ces cathédrales de la Terre . . . Et découvrir aussi l'Envers des Aiguilles Rouges , comme on le dit . . à partir du bien nommé refuge de La Pierre à Bérard , caché dans son vallon et bien connu des skieurs de Rando au printemps ; retour par les vallons de la Diosaz et le refuge d'Anterne pour un bain revigorant dans son lac . . Belle boucle pastorale pour ce deuxième groupe des « baladins d'AN ORIAN ».

Et l'an prochain ? Sur les traces du Groupe Excellence , peut-ètre ?
En attendant , bonne rentrée sur nos montagnes armoricaines . . .

Voir les images

Randonnée Alpine 2 (juillet 2017)

Du Pays de LORIENT . . . . .au Pays du MONT BLANC
Séjours de Randonnées Montagne et Randonnées Alpine
1ère quinzaine Juillet 2017 – Club Alpin de LORIENT

Après le séjour PYRENEES en 2016 qui a vu les « baladins d' An ORIAN » sur les sommets du Pic d' ANIE et de l' ANETO , une nouvelle escapade vient de se terminer . . .Avec pour cadre le massif du MONT BLANC et ses montagnes voisines . Ainsi une trentaine d'adhérents cafistes ont pu mettre leurs pas dans celui d'illustres prédécesseurs , à savoir ceux de Jacques BALMAT , paysan et cristallier et premier chamoniard a fouler le sommet de cette éminence et ceux de Horace Bénédict de SAUSSURE , le savant genevois qui en lança la conquète . . .
Organisés en deux groupes , certains ont enchainé les deux semaines , autant le nez en l'air sur les sentiers d' alpage que les yeux ébahis par leur traces sur les glaciers .

Deuxième Round . . . Deuxième semaine : le Groupe Espoir 2 Rando Alpine ( vous aurez deviné  avec Alain et Daniel en accompagnateurs) reprend le baton-relais de pèlerin de l'Espoir 1 . . . embarqué aussi sur la Haute Route ; mais là : challenge supplémentaire : les étapes au refuge Albert 1er , Cabanes du Trient et de Saleina deviennent des « tables d'enjeu » au fil des crapettes endiablées qui s'y déroulent ; faut bien décompresser de l'angoisse du faux pas dans les crevasses pour certains ! Tandis que d'autres , tous yeux pétillants , se laissent absorber par les lueurs polaires qui défilent sur la page blanche des glaciers et les ocres et jaunes du rugueux granit des Aiguilles Dorées . Dernier envol majestueux sur la Vallée Blanche depuis le refuge des Cosmiques . . .Un peu la tète dans les étoiles . . .Pour nos « baladins » !

Voir les images

Randonnée Montagne (juillet 2017)

Du Pays de LORIENT . . . . .au Pays du MONT BLANC
Séjours de Randonnées Montagne et Randonnées Alpine
1ère quinzaine Juillet 2017 – Club Alpin de LORIENT

Après le séjour PYRENEES en 2016 qui a vu les « baladins d' An ORIAN » sur les sommets du Pic d' ANIE et de l' ANETO , une nouvelle escapade vient de se terminer . . .Avec pour cadre le massif du MONT BLANC et ses montagnes voisines . Ainsi une trentaine d'adhérents cafistes ont pu mettre leurs pas dans celui d'illustres prédécesseurs , à savoir ceux de Jacques BALMAT , paysan et cristallier et premier chamoniard a fouler le sommet de cette éminence et ceux de Horace Bénédict de SAUSSURE , le savant genevois qui en lança la conquète . . .
Organisés en deux groupes , certains ont enchainé les deux semaines , autant le nez en l'air sur les sentiers d' alpage que les yeux ébahis par leur traces sur les glaciers .

Pendant que le groupe Espoir 1 Rando Alpine avançait, le goupe Groupe Godillot 1 Rando Montagne ( Alain et Daniel) s'est bien amusé à découvrir les « célèbres cirques » invraisemblables du HAUT GIFFRE  : Fer à Cheval , Bout du Monde et des Fonds . . Cascades et lacs de fonte parsèment ces alpages , entrecoupés de sentiers escarpés comme le « Pas du Boret » ou les sentes des Frètes du Grenier et de Moède : tracés de funambules ! ! ! dans le brouillard parfois , mais avec de belles éclaircies pour pouvoir s'en mettre plein les mirettes du somptueux spectacle du Mont Blanc à l'horizon : un panoramique qu'avait déjà dessiné un certain Viollet-Le-Duc , architecte et rebatisseur de cathédrales ; mais qui avait établi la première carte du Mont Blanc , l'autre cathédrale de la Terre comme il le disait . Balades au BUET ( le Mont Blanc des Dames ) et au PETIT RUAN dont les vires scabreuses ont attiré le fameux Jacques Balmat , dans sa quète de la rumeur d'un filon d'or caché dans les plis de cette montagne ; sa disparition soudaine était sans doute liée à sa curiosité de cristallier ! ! !

Voir les images

Randonnée Alpine (Juillet 2017)

Du Pays de LORIENT . . . . .au Pays du MONT BLANC
Séjours de Randonnées Montagne et Randonnées Alpine
1ère quinzaine Juillet 2017 – Club Alpin de LORIENT

Après le séjour PYRENEES en 2016 qui a vu les « baladins d' An ORIAN » sur les sommets du Pic d' ANIE et de l' ANETO , une nouvelle escapade vient de se terminer . . .Avec pour cadre le massif du MONT BLANC et ses montagnes voisines . Ainsi une trentaine d'adhérents cafistes ont pu mettre leurs pas dans celui d'illustres prédécesseurs , à savoir ceux de Jacques BALMAT , paysan et cristallier et premier chamoniard a fouler le sommet de cette éminence et ceux de Horace Bénédict de SAUSSURE , le savant genevois qui en lança la conquète . . .
Organisés en deux groupes , certains ont enchainé les deux semaines , autant le nez en l'air sur les sentiers d' alpage que les yeux ébahis par leur traces sur les glaciers .

Premier Round . . . Première semaine : le Groupe Espoir 1 Rando Alpine ( Roger et Jean Eudes ) a ainsi découvert les hautes faces nord qui surplombent le glacier d'Argentière . . . Travelling géant : du Dolent à l'Aiguille verte . . . En visionnant les pentes raides et vertigineuses des Courtes et des Droites ; pour ensuite se glisser sur le glacier des Améthystes plus débonnaire ( et bien connu des cristalliers) jusqu'au Col du Tour Noir : beau belvédère sur l'Aiguille d' ARGENTIERE et sa Flèche Rousse . Une deuxième virée les a emporté sur les deux premières étapes de la fameuse Haute Route Chamonix-Zermat en empruntant les glaciers du Tour et du Trient jusqu'au cahotique glacier de Saleina . . .qui tire sa langue dans la « reuze » ( nom valaisan du torrent) ; réchauffement climatique ou pas ?

Voir les images

Rando Ile de Berder (18 Juin 17)

Séjour de printemps 2017 dans le Vars : Escalade

Séjour de printemps 2017 dans le Vars : Divers

Séjour de printemps 2017 dans le Vars : Randonnée

Séjour de ski de randonnée du 19 au 26 mars 2017 dans les Encantats

Séjour Raid à Ski de Randonnée dans les ENCANTATS
du 19 au 25 mars 2017 – Club Alpin Français de LORIENT


Du VATH d'ARAN au nord à celui de MONSENT au sud , les MONTS ENCHANTES englobent le Parc National d' AIGUES TORTES et une partie de la réserve PALLARS ARAN ; c'est dire que ces lieux sont restés très nature ; larges vallons enchassés d'une multitude d ' Estany bordés de pins noirs et rouges , ce petit royaume fantastique de lacs ( près de 300 ) donne naissance à la GARONA de RUDA , l'autre garonne qui rejoint , vers VIELHA , sa frangine issue elle du massif de l'ANETO . Ces deux massifs ont déjà été « explorés » pour les randonneurs lorientais , en été !
Voilà l'occasion de refaire , cette fois-ci , une trace éphémère dans la neige de ce paradis blanc !
Lorsque notre équipe de Skious débarque à SALARDU ce samedi soir 18 mars , une impression étrange domine : nous n'avons passé aucun col ni tunnel et nous voilà déjà en Espagne! Comment cela se fait-ce ? Ou sont passés les Pyrénées ?A vrai dire , nous ne sommes restés qu'en Occitanie ; car , mème si ce territoire fait partie de la la Catalogne , le Val ou Vath d' Aran , comme il est prononcé , est de langue occitane , comme le gascon ou le provençal . . . L' orthographe locale est déconcertante pour les amateurs de la langue de Cervantès ! ! ! à preuve , il nous suffirait de nous glisser dans une embarcation sur cette Garona de Ruda pour nous rendre à Tolosa et non pas à Barcelona ! ! !
RESTANCA . . . Une rude montée à travers les pinèdes ,en ce Dimanche 19 , est un pur exercice de conversions amont sur 600 mètres de dénivellé ; LYDIE dont c'est le premier raid , comprend vite l'aspect « montagnard » de cette activité . . .Mais son expérience en escalade lui donne un atout non négligeable ! Là aussi , il faut savoir « louvoyer » parfois pour réussir une voie . . . Le ski de rando , ce n'est pas du tout une directissime . . . Nous sommes récompensés cependant par un fond de neige portant avec une fine poudreuse en surface . . Petite incursion dans l'après-midi au dessus du « refugi » pour apercevoir notre objectif du lendemain El MONTARDO ! ! ! Et un sympathique premier RUN pour retrouver la terrasse baignée de soleil au dessus de son estany encore englacé . . .
VENTOSA I CAVELL . . . PIERRE notre guidos , rassuré hier sur les progrès de ses stagiaires , nous entraine , ce matin de Lundi , vers le Port de GUELLICRESTADA ; amusante grimpette vers l'Estany del Cap del Port et son vallon piqueté de gros caillous. . Arrivés au col ( Le Port comme on dit ici en Aranais ) , nous découvrons un nouveau cirque immaculé de neige « ocre » sableuse . . . Un petit coup de Simoun ou d'Harmattan qui aura traversé le détroit de Gibraltar ! Etonnant à cette époque ! Dernières conversions vers le MONTARDO ( 2833m) dont nous gravissons la pente finale , crampons aux pieds ! Belle récompense pour cette première course qualifiée de Ski-Alpinisme d'ou nous apercevons « Enchantés » les MONTS MAUDITS et son seigneur l'ANETO . . . Enchassé dans ses glaciers des Barrancs et des Tempètes ! Tout un programme pour une prochaine fois !
L'oasis du refugi VENTOSA , calée au-dessus du langoureux Estany NEGRE , saura nous réchauffer de son poele à pellets ; mais , après ce second RUN depuis le Montardo , ou le ski « nautique » se rapproche du ski de rando à travers la traversée des Estanys MANGADES et TRAVESSANI , la pente est trop irrésistible pour VINCENT qui se fait embauché par FRANCOIS , un autre guide de Briançon ( pas égaré par ici , mais presque!) . Objectif : le double couloir qui s'insinue , en directissime cette fois , dans la face nord du PICO de COMALESPADA. . . Tous les regards des skious , à la sieste sur la pelouse du refugi ,sont rivés « enchantés » sur les arabesques tracées dans la poudre par les riders !
Echappée du jour . . . pour ce mardi . . .PIERRE nous a concocté une course , à la journée , sac léger et coeur en bandoulière ! JEAN EUDES qui avait de mauvais souvenir de dos cassé l'an dernier , dans le Val Formazza , lui sera gréé de cette sortie sans portage excessif ! Il appréciera cependant le passage du Port des SARRADES , pedibus comme en alpinisme , ski sur le sac à dos . . . Est-ce la Balaguère ou autre vent qui , ce matin décoiffe et couvre la PUNTA ALTA de nuées ronflantes , nous faisant changer d'objectif . . . Mais la solitude de cette balade , au coeur du massif, nous « enchantera » de son ambiance feutrée . . . et quelque peu cachée !

AMITGES. . . . Voilà , comme un programme de navigation en mer , ce raid à ski présente aussi des traversées obligatoires . . . Et celle-ci ne saura pas contredire sa réputation ! Pas moins de trois « Ports » à franchir , comme trois caps à contourner ! Cette idée ravira DANIEL et ARMELLE qui aiment musarder de cap en cap , comme MICHEL également kayakiste de mer . . . Mais , ce jour-là , les paysages « estompés » par un ciel voilé amplifient encore cette ambiance de Haute Route !
Nous quittons l'horizon des BECIBERRI et ses arètes acérées pour des champs de neiges cachant de nombreux estanys « oubliés » ; le rythme alternatif des montées en conversions régulières et des Runs amusants de descente ponctue cette traversée « enchantée » . . . Les croupes raides qui nous conduisent au refugi AMITGES nous demandent cependant une vigilance accrue pour ne pas perdre la trace de PIERRE . . . vigilant comme à son habitude !
La magie d' AMITGES saura nous récompenser : ce grand cirque porte l'emblème du parc , à savoir les belles aiguilles du Petit et Grand ENCANTAT , soudées par le grand et raide couloir de l' ENFORCATURA . . . Sur que VINCENT s'y voit déjà dedans ! Mais son éloignement et son accès demanderait une autre journée d'approche . . .
COLOMERS . . . .Nuit de neige et donc nuit de rève . . . Ce jeudi matin , quarante centimètres de « fraiches » viennent « enchanter » notre départ . . . Nous recroisons les Aiguilles d' AMITGES , comme deux sœurs jumelles saupoudrées de blanc ; ça leur donne un petit air de Patagonie ! ! ! PIERRE a reconnu peut-ètre la silhouette altière, en miniature , du CERRO FITZ ROY qu'il a gravi en escalade , il y a quelques années . . . LAURENT , grimpeur , a le regard aussi attiré en coin vers ce petit coin de paradis vertical . . . Voilà d'autres opportunités à saisir . . . enfouies ,pour l'instant dans la mémoire ! Grands Zig-Zag pour franchir le Port de la RATERA ; nous laissons de la distance entre nous pour ne pas surcharger le manteau neigeux tombé cette nuit ; d'Estany en estany , notre Run nous conduit , comme un enchantement , vers le refugi COLOMERS ; à lui tout seul , dominé par l' impressionnant TUC de COLOMERS , un presque 3000 (2983m) , ce vaste cirque cumul 47 estanys posés comme des gouttes d'eau , à chaque étage ; pour comprendre ces reliefs étonnants et paradisiaques , il faut imaginer qu'au quaternaire ( 45 millions d'années) , les grands glaciers des Pyrénées ressemblaient à ce que sont actuellement des glaciers comme le BALTORO dans la Karakoram : 200 à 300 mètres d'épaisseur et 50 km de long .Ces glaces se sont incrustées dans la croute terrestre au point qu'il reste de la glace fossile comme dans les grottes de glace du Marboré ( 20 000 ans) . . .et en se retirant ont laissé une multitude de gouttelettes . . .
ENCHANTEMENTS . . . . Une dernière courbe , ce matin de vendredi , autour du PICO de la SOLANA ; traversée d'un affluent de la GARONA de RUDA . . . Et exercice ultime . . . Notre benjamine LYDIE aura connu tous les terrains à « bouffer » à ski . . y compris ces longs dérapages sur 200 mètres pour nous ramener au pont de RESSEC . . . La boucle Enchantements est bouclée !

Voir les images

Séjour de cascades du 28 janvier au 5 février 2017

Un lien vers le blog du guide pour avoir les infos, cliquer : http://www.guide-et-montagne.com/stage-cascade-glace-janv-2107/

Voir les images

Séjour de randonné raquette du 5 au 12 mars 2017

Séjour de ski alpin du 22 au 28 janvier 2017

Séjour de randonnée raquette 28 janvier au 4 février 2017

Huit raquettous cafistes lorientais
A
Font-romeu du 28 janvier au 3 février 2017

Samedi 28 janvier. après un long voyage ,et une visite au bureau des guides de font-romeu , pour prendre quelques renseignement sur les circuits prévus. nous nous retrouvons au gite des ramiers a bolquére .
Claude, claire, Nicole L ,Nicole B , marie France jacqueline germaine et Roger, prennent leurs quartiers pour 3 nuits .
Dimanche 29 janvier . la randonnée initialement prévue dans la vallée d EYNE ayant été déconseiller vu le niveau 3 du risque d avalanche , nous reportons sur un secteur moins abrupt déjà parcouru quelques années auparavant, le lac d AUDE prés de la source du cour d eau du même nom , 16km 350 m de dénivelé , une bonne mise en jambe , pour un premier jour .

Lundi 30 janvier
Encore un changement dans notre programme, au lieu du col des GAVACHES et le MADRES 2469 m , nous allons sur un itinéraire moins engagé , la boucle du col de CREUX 1708m col de SANSA 1776 et refuge des ESTAGNOLES , ou nous piqueniquerons au soleil assis sur des buches ,empruntées au refuge .

Mardi 31 janvier.
Direction la station de FOURMIGUERE, pour prendre le télésiège, qui nous évitera 300m de grimpette le long des pistes nous rejoignons le refuge des CAMPORELLS en passant par la SERRE MAURI et retour par le même chemin, mais cette fois pedibus jusqu' au bout ,en évitant les piste de ski.

Mercredi 1 er février.
Nous quittons le gite des RAMIERS , direction le parking de PRADELS AVELLAN,pour monter au refuge des BOULLOUSES 2005m, en attendant de s y installer pour la nuit ,une fois les sacs allégés du superflu , direction le circuit des estagny(lacs) NEGRES ,LONG etc, joli itinéraire bien vallonné pas très long .
Le mauvais temps s annonçant pour le lendemain et de la neige dans la soirée , nous serons les seuls occupants du refuge pour les deux nuits a venir ,avec le gardien bien sur .

Jeudi 2 février.
Il est prévu d aller vers les douzaines de lacs situés sous le massif du CARLIT.
De gros nuages bien noirs, poussés pas un vent d ouest annoncent l arrivé de la tempête, après une petite hésitation nous chaussons nos raquettes et banzail c est parti. petit grimpette par le petit vallon qui évite le sentier d été ,et nous voila sur le plateau ,la visi et réduite 50 ou 100 m ca varie c est bien balisé en jaune jusqu'a l'estagny de TREBEN 2300m , grâce a une belle éclaircie nous pouvons admirer le massif du CARLIT 2926m, après ca ce rebouche et balisage il a disparu , alors GPS boussole carte et pif ,après vérification du tracé au retour on a fait comme un certain jésus qui parait il marchait sur l eau , heureusement la glace est épaisse.
Retour au refuge, nous attendons un peu que les touristes de passage soient repartis pour déguster un chocolat bien chaud et quelques part de tartes au fruits.

Vendredi 3 février .
On plis bagages , 5 ou 6 cm de neige sont tombée au court de la nuit , le vent souffle en tempête tout est payé le petit déjeuner est pris ,les sacs sont prêt , nous redescendons , par le GR c' est plus sympathique , mais jusqua l estagny de la PRADELLE c est un peu galère ca souffle fort ,nous ne voyons pas grand-chose et le balisage gr l hiver ce n'est pas le top, donc c est gps boussole et pif, après l estagny on retrouve l abris des arbres et retour sans problème au parking , pour éviter les route verglacée du matin nous préférons faire route jusqu'à Toulouse pour passer la nuit.

Samedi 4 février.
En route pour Lorient via limoge et Poitiers, l itinéraire via bordeaux étant en vigilance rouge
Tout le monde est rentré entier avec le plein de globules et content


roger

Voir les images

Séjour de ski nordique 28 janvier au 4 février 2017

Séjour SKI NORDIQUE dans le JURA – 28 janvier au 4 février 2016-
Randonnée des Hautes Combes
Club Alpin Français du Pays de LORIENT

ou . . . Les nouvelles aventures des «  Mous du Genou » au Pays des 4 fromages ! ! !

Lundi 30 janvier , il est 9 heures «  tout mouillé » et 22 genoux alignés sur la corde de départ à la Darbella , aux ROUSSES , viennent de faire connaissance avec les 2 genoux de MARTIN , notre guide de laBoite à Montagne ; hier Dimanche , les premières glissades et conversions au milieu des Helvètes nous aurons permis de les échauffer entre le Col de La GIVRINE et la Cabane de ROCHEFORT aux volets rouges comme le veut la tradition suisse : superbe belvédère judicieusement installé sur les flancs du MONT TENDRE ; la gardienne du Club Alpin Suisse de La Dole nous y a servi un thé fumant au milieu des regards attirés irrésistiblement vers la silhouette altière du massif du MONT BLANC épinglé comme un poster «  kitch »en horizon  . . . Première et dernière vision du « monarque » , car notre «  randonnée » va se dérouler à l'abri de la Haute Chaine , masquant l' Alpe . . .Oublions celle-ci pour nous immerger au Pays de l'épicéa et du cyclamen , comme le propose PEV (Paul Emile Victor) , né à Genève , mais « passant jeunesse pleine de rèves» sur les ondulations des Hautes Combes ; avec lui , nos genoux sont décidés à conquérir une part du Grand Nord ! Justement : le nouveau musée polaire ( nous avions visité « l'ancien » l'année passée ) vient d'ouvrir à PREMANON .
En « mise en bouche » , MARTIN nous entraine vers une autre page d'histoire plus ancienne : à savoir sur le lieu « macabre » des démélés d'autres monarques arc-boutés sur leurs royaumes et enclins à la « guéguère » : pauvres mercenaires italiens engagés par François 1er ( XVIIème siècle) et exterminés dans la « FORET DU MASSACRE » que nous traversons en espérant ne pas se trouver face à leurs fantomes ! Mais au lieu de cela : surprise étonnante que de découvrir l' épicéa  « muté » : un drole d'arbre à la silhouette « double » arborant un port normal des branches basses et un port « colomnaire » en partie haute : bizarrerie de la génétique botanique ! Autre surprise : nos genoux « fléchis » pour prendre l'allure élégante des « vrais skieurs nordiques » traversent une zone de protection du biotope : là ou niche le fameux Grand Tétras . . . chut ! Don't disturb ! Sachons employer le « pas glissé » pour ne pas disturber le galinacé !
Mais le TRAPPEUR qui ne l'a pas attrapé nous tend les bras au bout de la Combe à la Chèvre : vive la première Morbiflette ! ! ! Voilà , première étape gagnée à LAJOUX pour les « Mous » !

Mardi 31 janvier : ce matin ou plutot cette nuit , le Grand Nord a eu un « coup de mou » aussi ; car les températures et les précipitations matinales nous rappellent plus la Bretagne que le Jura au caractère prétendu sibérien . Mais pas de mal de mer ni de montagne ( hormis notre Suzanne qui a attrapé le mal de Morbiflette ! ) : notre colonne gravit hardiment les croupes des Platières culminant à 1330 mètres ; nous croisons plusieurs fermes isolées ; MARTIN nous fait remarquer que les moines de ST CLAUDE qui avaient « pouvoir » sur les terres du Haut Jura avaient distribué les fermages de façon éparpillée afin de maintenir un pastoralisme actif : les belles murettes de pierres debout séparant les parcelles encore présentes indiquent ce découpage judicieux ; autre caractéristique « jurassienne » : les pignons sud des fermes traditionnelles sont toutes couvertes de tavaillons : constructions astucieuses de petites ardoises en bois d'épicéa qui isolent des froids : car ici le froid vient du Sud , c'est à dire de l'Alpe ! Va comprendre le climat de cette sibérie ! Hein ! Petite pose à la Chapelle « nordique » de Cariche tout construite en bois comme les surprenantes « Stavkirkes »norvégiennes . . . J'vous avais dit : les « mous du genou » s'approchent du pole !
Ou s'approchent du Poèle , comme ce soir à la Ferme de la Guienette ou François , son gardien « bourru » nous sert son fameux jambon au foin ! accompagné cependant d 'un gratin dauphinois .
Encore une nuit à digérer . . . bercée par les cancans des oies ; surtout du coté du dortoir des cinq oies ! N'est-ce pas ! Coin ! Coin ! Voilà , deuxième étape gagnée aux BELLECOMBE pour les « Mous » !

Mercredi 1er février : au petit matin , MARTIN nous montre la grosse cloche sous laquelle François avait fumé son jambon au foin . Cette spécialité a l'air d'avoir fait la renommée de la maison : l'été y voit passer des compagnies de motards « en goguette » ! Mais moins pétaradante , notre compagnie se laisse entrainer sur les Crets perchés au-dessus de la vallée de la jolie VALSERINNE , prenant sa source au Col de la FAUCILLE . . . Enfin , un petit nordet dégage notre horizon ; de pré-bois en petite combes , nos planches se faufilent vers le Cret de MERLE ; superbe panorama vers les cirques tombant des la Haute Chaine ( Crets de NEIGE et du RECULET) et coup d'oeil vers les reculées annonçant , vers l'ouest , le vignoble de l'ARBOIS ! Gloups : Ski sur herbe sur la pente finale , tant le vent a du s'essoufler et pulvériser la neige renvoyée dans les combes ; seul le plateau du Cret de NERBIER conserve encore un peu de poudre ; petite halte à la Borne au Lion : cette fois-ci , ce ne sont pas les mercenaires italiens , mais les troupes espagnoles qui ont gardé les frontières de ce territoire . . . Vrai que ça a pris du temps pour construire une Europe pacifiée !
En attendant , les « Mous » prennent de la vigueur et sur les pas de notre guide s'exercent à prendre de la vitesse ; mais le toboggan final qui nous guide vers la Combe aux Bisons aura laissé quelques traces « de travers » accompagnées de chutes spectaculaires , mais sans trop de bobos !
Arrivée à l'Auberge des ERABLES ou nous attend un pot au feu : tiens pas de plats à base de fromages , ce soir ! Ni Morbier , ni Comté , ni Bleu de Gex , ni Mont D'or ! À la trappe , les 4 fromages en OAC du Jura ! Et pour se mettre en appétit , MARTIN s'octroie un entrainement de skating pour se préparer pour la TRANSJU . . . cette course populaire aura lieu à la mi-février ! Conversations sur « le Fond » : savez-vous que la seule discipline de ski était le « fond » aux premiers JO d'hiver , à Chamonix , en 1924 ? Combiné avec le tremplin duquel les « anges » retenaient leur vol suspendu , une épreuve de 50 à 60 km de distance était la seule discipline de ski avant l'apparition des remontées mécaniques qui allait donné l'envol du ski alpin ; déjà au programme du Festival de ski à Holmenkollen , en 1892, à Oslo ! Voilà de quoi « alimenter » la passion des « Mous » du genou lors de cette troisième étape gagnée à LA PESSE ! Vive une nuit de rève peuplée d'images du Grand Nord !

Jeudi 2 février : justement , pour découvrir les techniques « basiques » du fond , MARTIN nous entraine ce matin sur les pentes de la Combe Froide pour s'exercer au « pas chassé » et au « virage télémark » : nos skis « paraboliques » alliés à la fixation Norme 75 devraient nous permettre de maitriser ces gestuelles . . . Mais zut!zut ! Plus facile à dire qu'à faire et nous préférons les bosses naturelles pour stopper notre élan fougueux ! Quitte à faire le saut de l'autruche ! Notre itinéraire du jour nous conduit sur les hauteurs de ST CLAUDE que nous découvrons au fond des gorges du FLUMEN ; ici jaillit la résurgence du Lac de LAMOURA , disparu dans le sous-sol karstique pendant 10 km : cascades du Moulin d' Aval et Saut du Chien glougloutent en escalier depuis le Belvédère de la Cernaise . Etape patrimoniale à la GRANDE MOLUNE , ancienne ferme d'alpage en ruine , encore bardée de tavaillons sur la façade sud ou s'inscrit un beau porche au bout du pont de grange ; MARTIN nous dévoile la citerne enterrée , élément indispensable de la vie rurale pour préserver l'autarcie de ses habitants . Enfin un sapin en vu , solitaire parmi les épicéas ! Un vrai scandinave splendide dont notre guide nous fait gouter la légère acidité de zeste d'orange de ses épines ! Bon indice pour bien le différencier de l'amertume apre de celles de l'épicéa , maitre incontesté du Jura ; dans ce dernier , seuls les luthiers y trouveront leur bonheur leur permettant d'y trouver de quoi réaliser les tables d'harmonie parfaites de leurs instruments en le fendant à coeur jusqu'au duramen . . . Dernière grimpette depuis la Combe de Laisia ou nous passons près de l'une des dernières fruitières traditionnelles ; ici , on chauffe et on transforme encore la pate fromagère sur le chaudron alimenté au feu de bois ; ce soir : halte à La VIE NEUVE , aux MOLUNES ,pour une autre rencontre de l'appel du Grand Nord pour les « Mous » qui ont bien mérité cette troisième étape gagnée , avec en point d'orgue , une troisième morbiflette , mais made in Groenland ! En effet , François , notre hote jurassien , prépare , avec deux potes , la traversée de la calotte glaciaire de cette ile /continent ; exactement sur le tracé de la première traversée à ski de PEV , en compagnie d'attelages de chiens esquimaux ; 80 ans séparent ces deux évènements , mais nous saluons ce challenge qui démarre en avril prochain ( à consulter le blog : http://lavieneuve.123siteweb.fr )
Vendredi 3 février : une fine poudreuse a recouvert cette nuit nos rèves et les hautes combes ; notre compagnie démarre cette dernière étape à pas feutrés ; mème le chien , un peu pataud , de François nous accompagne le premier kilomètre , histoire de promener sa truffe exacerbée par les odeurs et traces nouvelles qui s'impriment fraichement dans les cristaux . . . Renards , sangliers, hermines et putois sont passés par là . . . laissant un ballet éclatant de soubresauts vifs de leur vie nocturne ! Quel grand plaisir de se sentir au plus près de cette sauvagerie discrète «  à nos portes » ! Nous dépassons LAMOURA et sa Maison du lapidaire et nous enfonçons dans nos dernières combes de La Chaux Berthot et de La Sambine , auréolées d'une lumière polaire ou les roses se marient aux violets . . . Comme un sentiment d'aurore boréale . . .
Mais voilà , comme annoncé , de gros joufflus venant de l'Alpe obscurcissent les cieux au-dessus de la VALSERINNE et nous cueillent dans les flocons à notre arrivée à La Darbella .

Les « Mous du genou » , pas si mous qu'ça , ont bien mérité leur dernière mobiflette au gite le MONTAGNARD , ce soir . Nous sommes en effet à BOIS d' AMONT , berceau du champion JASON LAMY CHAPUIS au palmarès éclatant de fondeur . . . Voilà , nous sommes donc dans de bonnes traces . . . Y'a plus qu'à patiner comme lui . . . pour la prochaine fois !

Merci à MARTIN de la Boite à Montagne et au Team des « Mous » en pleine forme : ALAIN et JANINE , PATRICK et MONIQUE , ANNE, NELLY , FRAMBOISE , EVELYNE , SUZANNE , ARMELLE et DANIEL . . .

Voir les images

Stage initiation alpinisme juin 2016

Un lien pour télécharger d'autres photos du stage : https://www.dropbox.com/sc/hu4ofbzf8s3r6zn/AAB3DSCrHMOVkDvSP5yb3spca?oref=e

Voir les images

Séjour Gard avril 2016

Marche nordique photos récentes

Rando Chapelle St Avoye décembre 2016

Randonnée GR34

Séjour de randonnée de montagne dans les Pyrénées juillet 2016

Raid du Golf Marche nordique 25 juin 2016

Stage Carto 2 juin 2016

Séjour de ski de randonnée Italie mars 2016

SEJOUR RAID à SKI de RANDONNEE – 20 au 28 mars 2016
en VAL FORMAZZA – ITALIE
Club Alpin Français du Pays de LORIENT

Après le VAL DI RHEME en 2014 , le VAL FORMAZZA est l'occasion de gouter à nouveau au plaisir des neiges italiennes , mais surtout à celui de baigner dans cette langue cousine mais aux mélodies si exotiques à nos oreilles . Mais ou se « perche » ce VAL FORMAZZA ?
Nous avons la réponse en descendant du Col du SIMPLON ou SEMPIONE ou sont passés tant de conquérants de l'histoire et enfin les colonies WALSER ou VALESANO ; nous plongeons dans la Valli Dell ' Ossola pour retourner plein nord vers le TAL POMATT ( autre dénomination allemande de Formazza ) Cette migration d'agriculteurs et bergers valaisans ( Les Goms ) s'est faite au 15ème siècle pour des raisons climatiques mais aussi politiques , car encouragée par «  le système communautaire des Alpes et des Bois » mis en place par le Duc de Milan en 1486 qui favorisa l 'instauration d' un conseil de vallée indépendant des pouvoirs centraux . L' idée de partager quelques jours avec « ces walsers indépendants » nous plait bien .

Après quelques virages le long du Fiume TOCE , nous voilà enfin au RDV avec PIERRE notre guide de la semaine sur le parking de VALDO , petite station coquette au slogan rabatteur : « FORMAZZASKI un PARADISO per TUTTI » . . . Curieux , nous entrons subrepticement au paradis «  de la glisse » le derrière sur un télésiège ; OUAH ! Les veinards . . .Bon , mais ça correspond bien au programme «  allégé » que PIERRE nous a concocté ! ! !
En effet , l'idée de découvrir ce petit coin du Piémont italien enclavé dans «  le Gruyère suisse » à partir de deux « Rifugi » nous permettra de réaliser des courses sans trop de contraintes de poids dans la besace . Et déjà le premier après-midi de « travailler » nos premières conversions un peu « gauches »en gravissant les pentes de l ' ALPE CURZALMA , plateau posé dans un cirque au-dessus du Lago VANNINO englacé . Pour ALEXIS notre Rennais , c'est l'occasion de nous montrer l 'amusant bricolage de sa Pipette qui lui permet de « piper » tout en bavardant , ce qu'il adore !

Eugenio MARGAROLI sera notre premier Camp de Base : murs badigeonnés d'ocre et nappes au damier rouge et blanc égaient déjà l'ambiance d'auberge et réchauffent , comme le gros poele qui ronfle en permanence , nos carcasses saupoudrées de neige par les premiers « gadins » dans la poudre ! Va falloir apprendre à tourner nos virages sur les bons appuis ! WAFF ! WAFF !

Aujourd'hui Objectif annoncé : PUNTA D' ARBOLA . . . C'est déjà haut (3235m) et un peu long , mais PIERRE fait le choix de nous guider vers cette « classique » car plusieurs groupes sont annoncés pour le lendemain ; Nous connaissons son goût de la « première trace » et il veut nous faire le plaisir de laisser notre marque « éphémère » pas gachée par d'autres . Montée vers le Lago SRUER aux aurores , nous passons le PASSO VANNINO dans lequel il faut zigzaguer en prenant déjà de la distance entre les skieurs afin de ne pas surcharger le manteau neigeux . . .Sécurité oblige ! Après la traversée du glacier , les dernières conversions nous guident vers la croix sommitale : voilà un pied en Suisse et l'autre en Italie ! Beau coup d'oeil magique depuis ce belvédère : EL MONTE ROSA et son chapelet de 4000 qui barrent l'horizon à l'ouest , au nord les forteresses de l'OBERLAND surgissent des cirrus et vers l'est le lointain DAMMASTOCK caché dans la brume matinale , autre massif propice aussi à de belles balades à Ski de Rando comme nous l'énumère PIERRE .
Bon , mais va falloir quitter ce « merveilleux »promontoire : CLIC et CLAC ! Position descente : premiers dérapages acrobatiques . . . et premiers « bords » comme disent les marins , pas trop amarinés encore ! Surtout sur cette pente avec un bon 35/40 degré ; PIF ! PAF et PIF et REPAF ! Pour DANIEL qui nous fait plusieurs tonneaux . . .Ben ! Il finira bien par s'arrèter , celui-là ! Et en entier et sans perdre les skis ! Miracle ! Come Va ? Va Bene ! Comme le dit PIERRE : c'est comme ça qu'on apprend à skier Free Ride . . . Faut un peu oser se mettre dans la pente . . . seulement !

Après une bonne nuit dans La Camera Della Volpe ( la chambre du Renard) pour nous remettre de ces émotions , Cap sur EL MONTE GIOVE ( 3009m) une course plus «  Piano , Piano ». . . en ce petit matin . . . de pleine lune ! Luna Nascente ! Lune Naissante !
Les automatisme commencent à rentrer : peaux de phoques , conversions , couteaux et Tutti Quanti ! Mais ce beau ciel « a zuro » est trompeur sur la météo ; et mème si ARMELLE se badigeonne de crème solaire . . . il faudrait plutot mettre le masque et le passe-montagne . . . car « Tira el vento » en altitude ; Bref , ça décoiffe dans les bonnets . . . PIERRE nous propose cependant le col de la SCATTA MINOIA ; la combe qui y mène est relativement à l'abri des bourrasques et une dernière longueur en pointes avant A Piedi nous fait passer la corniche sommitale ou la soufflerie DI MAESTRALE nous oblige à ramper jusqu'au premier rocher abrité . OUF ! OUF ! Fa un Fredo Cane - Il fait un froid de canard – spécialement pour LAURENT qui attend impatiemment au pied du col les retardataires qui s' aggrippent à la corde fixe . . .
Ce soir , c'est la tournée de PIERRE qui nous raconte son mariage « à l'italienne » avec SARA , sa dulcinée italienne . . . Qui vient de trouver un « job » en France ! Bravo !

PASSO DI NEFELGIU : journée de transfert vers les sources du TOCE . . . . . Notre Squadra , avec tout son bardas sur le dos , quitte l' Alpe Vannino en passant par RIALE , jolie petite bourgade nichée au pied de sa Chiesa ; notre nouveau camp de base il refugio MARIA LUISA , simple cabane pour abriter les ouvriers du barrage du Lago del TOGGIO , est devenu une superbe construction de pierre et de bois Formazzino .

Ce matin , La TRAMONTANA a décidé d'apporter son lot de neige ; le rempart abrupt du BASOLINO (3273m) prend une allure hivernale certaine , auréolé de nuages tapageurs ; notre guide choisit une alternative ; nous devons louvoyer vers la Boccheta DI VALMAGGIA ; petit détour en Suisse qui nous amène au pied de la PUNTA DELLA TERMINE (2962m) ; mais le vent rageur d ' avant hier a sévi sur ce versant et nous devons déchausser pour aborder le petit col final ; bon , on ne l' avait pas prévenu JEAN EUDES qui ne se sent pas à l'aise dans cet exercice de portage des skis . OUCH ! OUCH ! . . Mais el Poverino fait le gros dos pour terminer vaillamment son ascension ! Bravo ! Retour au refuge dans un brouillard vaporeux , ski tout en sensation à donner le tournis : est-ce un effet de la redoutée NEBBIA montée depuis le Lago Maggiore ?

Enfin , ça s'éclaircit pour notre dernière course . . . Superbe vallon qui mène vers la PUNTA DI VALROSSA (2969m): la cerise sur la gateau ! ! ! avec sa Bellissima Cresta Bianca ; ça y est , face aux magnifiques combes pleines de poudre , nous nous sentons enfin des ailes aux skis pour virevolter sans trop d'arrèt-buffet ; bon , le métier finit par rentrer quant mème !

Voilà que se termine cette super semaine autour des Panini au café de RIALE , pour quelques marins bretons : les coups de godilles ne devraient plus avoir de secrets pour eux bientôt ! Ces bords et virements de bord sur les neiges printanières rencontrées dans les Alpes Lépontines auront eu le bénéfice de les encourager à persévérer . . .Merci au Capitaine PIERRE ! Arrivederci !

Voir les images

Rando à Carnac 13 mars 2016

Rando Pont scorff 6 mars 2016

Séjour raquette et ski nordique Jura février-mars 2016

Séjour Nordique dans le JURA – semaine du 27 février au 6 mars 2016 -
Chapelle des Bois – Haut Doubs-

Une migration inattendue de 30 raquetteurs et skieurs ont pris possession de la magnifique Combe des Cives enserrée entre le Mont Noir à l'Ouest et la vaste forèt du Risoux ( 190 km² sur 30 km de long ) qui fait frontière avec le canton suisse de Vaux . . . Il y a 18 000 ans , ces contrées formaient les paturages habituels des nombreux troupeaux de rennes ; ceux-ci chassés par nos ancètres «  magdaléniens » ont été remplacés par les fameuses montbéliardes qui nous fournissent Comté et Bleus . . . que nous avons plaisir à déguster le soir à la flambée .
Alain et Roger , nos «  guides » qui avaient repéré les lieux à l'automne sauront nous faire découvrir ce terroir austère . . . jadis , mais devenus des espaces fabuleux pour la pratique des randonnées hivernales .

Sentes vagabondes en bois et pré-bois ou chemins de débardage et pistes de fond . . . auront mené le tatamis de nos raquettes ou la spatule de nos skis vers la Haute-Chaine devenue Parc Naturel Régional en 1985 . Chapelle des Bois , petite bourgade du canton de Mouthe , a été créé en 1636 , suite à la construction d'une chapelle . . . dans . . .des bois un peu paumés dénommés «  champion » du verbe « tsemper » ( patois local) qui voulait dire « jeter » ! en effet , il fallait avoir du courage pour se jeter dans ces noires forèts et s' y établir . . . Du coup , ses premiers habitants étaient des « tsampions » comme Fabrice GUY , médaillé olympique de combiné nordique en 1992 !
Nous voilà ainsi au coeur de « la petite sibérie » française . . . mais le thermomètre aura quelques douceurs cette semaine . . . au risque de métamorphoser la neige attendue en petite pluie drue le mercredi ; Bref l'occasion de décider de visiter le Musée Paul Emile Victor à Prémanon ; et là nous retrouvons cette ambiance Grand Nord à travers le récit de la conférencière et la superbe expo des aventures extraordinaires de ce père des Expéditions Polaires Françaises .
Mais un épisode neigeux le jeudi saura combler notre attente et remettre une couche conséquente de «  poudre » pour le plaisir des yeux et de la glisse . . . et permettre l'observation des nombreuses traces d'animaux de cette forèt ( lièvres , écureuils et autres) et la surprise d'un milan et d'un chamois « égaré » peut-ètre , car tout près du village des Pontets . Mont d'Or , La Jaique , Le Pré d'Haut , chez Liadet , Maison Michaud , Grande Verrière , Grotte à Pierre ou refuge de la vue du Mont Blanc (mais les épicéas ont bien grandi depuis et nous n'avons pas apporté les baudriers pour grimper à leurs cimes pour bénéficier de la vue ) : voici quelques noms locaux de lieux qui nous auront vu défiler nos silhouettes blanchies et estompées parfois dans le brouillard givrant . . .
Facile de passer inaperçus en Suisse , mais il n'y a plus de contrebande à y gagner !
Bref , une belle semaine de bouffée du Grand Nord . . . pas si loin que ça , pardi ! Puisque plusieurs attelages de Husquies sont venu glisser et renifler près de notre gite . . .

Voir les images

Séjour alpinisme (initiation +) mars 2016

Stage de cascades et goulottes Italie février 2016

Quatre grimpeurs du caf de Lorient ont participé avec un guide à une semaine de cascades de glace ou voies en goulotte (itinéraires raides souvent en glace sinon en neige ou quelques rochers, encaissés) en Italie (voir photos).

Le premier site dans le Val Varaita se situait au sud du mont Viso 3800 m, de l'autre côté de la frontière du Queyras et de saint Veran (col d'agnel). L'accueil au gite de Pontechianale par Roméo, le gardien depuis 30 ans, a été simple et très serviable. En effet Roméo fut un des premiers ouvreurs de cascade en Italie en réalisant CIUCCHINEL", voie de 200 m en II/3 passage de 85.
Ils nous l'a conseillé dès le premier jour et cette ascension fut magnifique. Toute la semaine ils nous a mené à l'attaque des voies encore en condition ...merci Roméo isais.

Le grand déficit de neige (quasi rien sur le Viso), le temps chaud malgré un vent important en bourrasque, nous laissait seulement quelques belles lignes que Pierre a exploité dès le lundi : "saut du pachyderme" II/3+ puis "martinet inf et supérieur" sur 300 m II/4 en commençant par un quasi canyon ou l'eau coulait en partie nous laissant un peu de glace.
La glace était assez tendre et travaillée par les nombreux grimpeurs italiens : 47 au gite le week end. Dommage pour les très nombreuses cascades et goulotte de ce secteur ou a ouvert le célèbre Grassi.

Après une journée de transition dans une belle chandelle en I/4 4+ avec passage à 90° et un peu de dry tooling , l'équipe est remontée vers le Val De Cogne près d'Aoste célèbre pour ces cascades, un peu plus froid et riche en neige cette année.

Deux belles lignes pour finir la semaine :" lillaz gulli" sur 250 m en II/3 avec des petits passages de verrous rocheux en 5 avec crampons...aie aie...puis "hard ice on the rock partie supérieure" sur 350 m en II/4.
La bande était en forme et 3 des 4 alpinistes ont grimpés en tête en général dans la cordée autonome. Génial !

L'enthousiasme est bon et l'envie d'y revenir grand.
A l'année prochaine.

Voir les images

Séjour de ski alpin à Chatel janvier 2016

Ile_aux_Pies_7Nov15

FONTAINEBLEAU_23-25/5/2015

Penhir_1Août2015

SUD_CEVENNES_ESCALADE_Avr2015

Semaine_SUD_CEVENNES_Avril_2015

Raquettes en Ardèche 1-8 Fev 2015

Chers amis,

voici en images quelques souvenirs du stage d'alain collas, qui nous a fait découvrir un monde magique: celui de la haute loire/haute ardèche au coeur de l'hiver.

rien n'a manqué: le froid (moins 10° toute la semaine), le vent: la "burle", c'est le blizzard local qui bloque quasiment tout déplacement dans la région, le beau temps exceptionnel qui nous a accompagné au sommet du mézenc. l'accueil formidable de marc et andréa qui tiennent le chalet d'ambre ou nous étions logés.

nous avons pu randonner chaque jour en adaptant les circuits en fonction de la météo. aucun accident ou incident à déplorer pendant ce séjour alors que les avalanches se succédaient chaque jour dans les alpes.

un séjour qui fera date, par sa qualité, ses circuits, et son ambiance.

Amitié à tous et chapeau à alain.
philippe

Voir les images

Séjour_VERDON_Mai2014_Rando2

Initiation_alpinisme_Zinal_Patrice_Juin2014

Olargues_Randos_Avr2013

Championat de Rando-Chalenge (Le 4/10/2014)

ORDESA-POSETS (5-13 Juillet 2014)

Rando_alpine_ODESA_Juill2014

Crozon_Juin_2014

Rando_Crach_MAI14

VERDON_Mai2014_Rando3

Sejour_VERDON_Mai2014_Escalade1

Sejour_VERDON_Mai_2014 _RANDOS1)

Ile aux Moines_ Avril2014

Week-End à BELLE ILE (28-29 Sep t2013)

Le TOUR du PELVOUX (2-5 Août 2013)

Olargues_Escalade_Avr2013

Semaine SKI/RAQUETTES dans le Pelvoux (Janv 2013)

Marche Nordique Nov 2012

Belle-Ile Week-end 29-30Sept2012

Paimpol_schtroumphs_bleus

Paimpol_Mai2012

Buis_Avr2012_RANDOS_2

Buis_Avr2012_RANDOS_1

Stage hivernal à GAVARNIE (3-10 Mars 2012)

Si vous voulez tous les détails, cherchez la-haut dans le "carnet de route Gavarnie 2012" et surtout dans les "aventures du poète romantique"...

Voir les images

Raquettes en Chartreuse (Fév2012)

Escalade à Mur de Bretagne

Chamonix_Juin2011

Ouessant_16Oct11

Houat Juillet 2011

Orpierre_kerzadenn

Semaine du 30 Avril au 7 Mai 2011
Il y a deux séries de photos:
L'une sur la grimpe (Orpierre_krimpadenn)
et l'autre sur la rando (Orpierre_kerzadenn)

Voir les images

Orpierre_Krimpadenn

Semaine du 30 Avril au 7 Mai 2011
(Il y a deux séries de photos...L'une sur la grimpe, et l'autre la rando
Voir Orpierre_krimpadenn et Orpierre_kerzadenn)

Voir les images

Primel_Juin2011

Orpierre_Randos

Queyras_Mars11

caf_COOL

Ar gwella euz ...( Traduire: The best of...Le meilleur de...)

Voir les images

Languidic_6Mars11

Ariege_Avril2009

Ardeche_Speleo_Avril_2008

Calanques_Canoe_2007

Chamonix_Juil2009

Alpinisme_Gavarnie_Mars2010

Abers_fev11

Esc_Ariege_Avril2009

CLUB ALPIN FRANCAIS PAYS DE LORIENT
CITE ALLENDE
BAL 88
12 RUE COLBERT
56100  LORIENT
Activités du club